Clin d’œil

image Je me souviens des mercredis après-midis dans la salle du foyer rural. Grande vide et froide, nous venions là, une dizaine d’amis, préparer la soirée du samedi. Une fois par mois, au foyer rural, il y avait LE bal. La mairie prêtait la salle - peut être la louait-elle, je ne sais plus - à l’association « Clin d’œil ». « Clin d’œil » c’était Jean Michel, Thierry et les autres. Et puis, moi, un peu groupie des grands qui étaient aux commandes de l’aventure. Car c’était une aventure dans les années quatre-vingt de monter une association et de la faire vivre. Alors, ils faisaient appel à nous, les bénévoles désœuvrés du mercredi, pour donner mains fortes. Il fallait faire les affiches, les photocopier, puis parcourir les rues et les villages aux alentours pour les coller sur les murs ou les agrafer aux platanes. La tournée terminée, nous passions au troquet du coin pour en parler : « Hey, tu viens toi au bal samedi hein ? Ça va être terrible, tu verras ! ».

Mais « Clin d’œil », c’était avant tout une disco-mobile : la discothèque itinérante de la région. Deux platines, une table de mixage et deux grosses enceintes remplies de watts. Le reste était fait maison, une caisse noire en contre-plaqué pour embarquer le matos qui, coté face, servait de décor pour masquer fils et rallonges, double prises et fatras divers du DJ. Et le Disc-Jockey, c’était Jean-mi, le seul maître à bord, la tête penchée sur les vinyles et le casque autour du cou. Il tapait du pied et enchaînait les tubes du moment, il était fier derrière son micro : « mmmmm, bonsoir et bienvenue ! Ce soir avec l’équipe de la disco-mobile clin d’œil, nous allons vous faire passer une nuit de folie. Est-ce que ça va ? » hurlait-il en ajoutant un peu de réverb. à la fin de chaque phrase. Il était toujours accompagné de son light-jockey qui balayait la piste à coup de spots multicolores et dégingandait les danseurs avec son stroboscope à décoller les rétines. Les débuts de soirée avec « Clin d’œil » étaient composés de grands moments d’émotion avec notamment l’intro de « 2001 l’odyssée de l’espace » pendant que la boule à facettes géante crachait ses mille copeaux de lumière. En suivant et sans un temps de répit, les tubes rocks, new wave et smili-punks se succédaient sur le dance-floor en ébullition. A chaque soirée, il y avait une ou plusieurs découvertes de Jean-mi, les imports comme il les appelait, maxi 45 tours directement venus des states ou d’Angleterre, petites perles qui n’étaient pas encore sortis en France et dont « Clin d’œil » nous donnait la primeur. Il n’était pas rare que nous passions à côté de la super-exclu-lulu, peut être trop vendue par l’animateur, d’un avant-gardisme ricain qui nous dépassait ou simplement parce que le titre n’était pas bon du tout.

La soirée retombait vers une heure du matin avec une série de slows romantiques. Nous tournions une dernière fois arrosés de néons violets qui faisaient ressortir les grains de poussière déposés sur nos vêtements. L’équipe remballait le matériel, nous nettoyions la salle et déjà se préparait la nuit d’enfer du mois suivant.

16 commentaires:

  1. Me voilà largement largué : c'est un tour dans un pays exotique que je viens de faire… Amusant, néanmoins, et toujours aussi bien raconté.

    RépondreSupprimer
  2. En général je me faisais larguer juste après. Ou alors le clin d'oeil tournait parfois au beurre noir. Fallait pas déconner avec les déjà prises. En tout ça, grâce à toi j'ai à nouveau cette chanson dans la tête, tu sais laquelle, même pas besoin de cliquer. Bien joué, camarade (le texte, je veux dire).

    RépondreSupprimer
  3. Clin d'oeil... et Jean Michel disait "Tout à fait Thierry" !

    RépondreSupprimer
  4. Quelle belle époque, quand les choses se faisaient encore par le truchement des êtres en chair et en os.

    RépondreSupprimer
  5. Le coucou > Comment ça ? Tu n'as jamais assisté à un bal de village avec disco-mobile hurlante ?

    Christophe > Ah oui, les bagarres aussi en fin de soirée faisaient parties du lot. Time, it needs time to win back your love again.I will be there, I will be there. :)

    JF > Ah oui aussi, c'était le même duo :)

    Zoé > Ah ben on truche encore en chair et en os non ? Pas de passéisme là dessus quand même

    RépondreSupprimer
  6. elle est terrible l'intro de "2001" mais ce qui fout bien l'angoisse c'est la musique de fond lors de la découverte du monolithe noir (c'est mon papa à moi!): Le requiem de Ligeti http://www.youtube.com/watch?v=JnuAaKiX1sg&feature=related

    RépondreSupprimer
  7. Ne pas penser aux autres commentaires sous peine de passer pour une antiquité! Parce que, en ce qui me concerne, c'était les orchestres du 15 août, jour tant attendu de la fête du village. Mais l'animosité reste identique : ces musiciens, ou disc-jokey - quel nom ridicule -, qui nous piquaient toutes nos filles! Ah les...

    (Heureusement, je reviens de "La foire" qui m'a transporté...)

    RépondreSupprimer
  8. Philippe > ah oui, vraiment un film grandiose ! L'intro faisait surtout hyper ronflante pour le petit spectacle proposé lors du bal :)

    depluloin > ah mais moi aussi j'ai jerké au bal du 15 aout. La foire : suis sûr que vous avez pris une barbe à papa ou une pomme d'amour après le grand huit ! Héhé

    RépondreSupprimer
  9. A quoi s'accroche-t-elle,la mémoire ?
    Mon foyer rural alternant ses samedis soir entre bal ( à l"epoque les mecs avaient la dégaine du film Il était une fois dans l"ouest" avec leur long manteau cache poussiere )et ciné. Genre ciné ambulant.
    J'étais plutôt ciné et c'est dans cette salle sur une chaise pas très confortable, avec un son et une image très "la derniere séance" que j'ai vu ce film géant "2001 l'odyssée.." Depuis je l'ai vu, revu et lu le bouquin de Mr A. Clark qui servit de scénario ( avec encore et toujours quelques interrogations sur la philosophie de la fin du film).
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  10. Une petite bombe pour rester dans l'ambiance :
    http://www.youtube.com/watch?v=WZ_X43zcXcU

    RépondreSupprimer
  11. JF > Oui, un film qui a marqué son époque et la fin pour étayer nos discussions pendant longtemps. :)

    Morgan > Ah oui Orchestral Manoeuvre in the Dark ! 'de dieu, que je suis vieux d'un coup ! :)

    Me reviens aussi ça > blue monday Souvent en intro de clin d'oeil aussi :)

    RépondreSupprimer
  12. Finalement " Clin d'oeil" faisait un clin d'oeil à Elvis Presley ... http://www.youtube.com/watch?v=MK0x6U1aPuk&feature=related
    Bonne Journée Me Arf . JF

    RépondreSupprimer
  13. ...Ah! Je rajeunis de trente ans avec ton billet... Merci tout plein, Christophe, pour la boule à facettes et le stroboscope!

    RépondreSupprimer
  14. JF > Et bien voilà, c'était l'époque des grands barnums !

    Epamin' > De rien madame, merci à toi. pfff, c'est vrai que ça fait trente ans déjà ! mazette !

    RépondreSupprimer
  15. Ah .. les maxi-45 tours ... mes frères me faisaient baver d'envie avec les leurs.. Je n'ai pas oublié le seul que j'ai pu m'offrir : Maniac, de Mickaël Sembello... (http://www.bide-et-musique.com/song/4694.html)

    RépondreSupprimer
  16. Oh pétard Mickaël Sembello ! pfoouuu, l'avais oublié celui là : she's a maniaaaaaaaaaaaac ! :)

    RépondreSupprimer