Au bout de mes mots

Je suis du genre loquace à tendance mutique. Paradoxe fameux de ma personnalité. Je déplie des toiles immenses de phrases alambiquées pour trouver le mot juste, celui qui sera intelligible, compris par l’autre, assimilé et accepté. Je n’y parviens pas toujours. Et au bout de mes mots, quand l’incompréhension perdure, je passe en mode silencieux. Plus un mot, plus une explication, plus aucun geste ne m’animent. Même mes pensées avides de débat et d’interactions disparaissent. Lorsque mon interlocuteur s’évertue à mal interpréter mes propos, en lieu et place du conflit, il ne récolte que mon ignorance.

Dans de tels moments, la nuance serait bienvenue... Bien entendu, je me trompe parfois, souvent. Mais au-delà de la vérité, mon orgueil est bafoué. Ne pas imaginer que je peux éventuellement avoir raison m’efface totalement du dialogue. Mute !

Quelle tête de mule ! Je suis certainement excessif mais, affecté, j’ai besoin de m’égarer un instant dans mes pensées désertiques. Ce trouble est cependant volatile. Au bout de mes silences, se retrouvent brusquement corps et âmes en conjonction. Je m’apaise alors, relance la machine à mots déliés et efface mon mutisme alternatif jusqu’à la prochaine occurrence.

14 commentaires:

  1. cela pourrait sembler une faiblesse, cet abandon de la scène.
    et puis j'ai compris que c'était intelligence et force.
    des bisous doux.

    RépondreSupprimer
  2. en même temps un débat est toujours contradictoire, sinon cela devient un monologue.
    a+

    RépondreSupprimer
  3. Beuh... !
    Bon bein j'te griffe pus alors...
    Fait pas la tronche.
    C'était juste que les schizo-truc n'aiment pô le sexe <:o)
    D'ac ?
    Tu occurrences pus ?

    C'est "drôle" tes auto-réflexions... Je devrai les faire lire à tous les Taureaux qui m'entourent.
    Chuis cernée !

    Une p'tite bise qui claque.

    RépondreSupprimer
  4. je me reconnais un peu dans ces maux-là .. de vraies têtes de mute parfois ! ;))
    bise de dériveuse..

    RépondreSupprimer
  5. Sylvie > Intelligence et force ! Oh non, ça manque cruellement d'accès au cœur ces cérébralités là, tu sais. :)

    Philippe > exactement, c'est que j'apprécie. les gens qui sont toujours d'accord avec moi m'ennuient rapidement. :)

    Ca†≈ > y avait aussi un private joke là dedans. Bref, content que tu ne m'en veuilles pas. Souvent, me dit-on, que je suis loin du taureau fonceur tête baissée mais j'en garde le côte têtu !

    ---
    'soir mou ! je suis fourbu de chez fourbu !
    ---

    RépondreSupprimer
  6. j'ai vite zieuté l'encart type pub que donne le tableau de bord et j'ai cru lire: "je suis loquace tendance mythique" ce qui, alors que je voulais dire que si ne plus dire un mot peut nous faire sentir de vrais "out of system" tandis que cela peut s'avérer d'une intelligence paresseuse à ne pas répliquer, être loquace à tendance mythique est ne dire que ce qu'il faut en essayant de trouver le créneau horaire... si t'es fatigué après ça, je comprendrai
    :)

    RépondreSupprimer
  7. En tout cas, lorsque tu parles chat... je te comprends bien.
    ;o)
    Smouicksmiaowwwwwwwwwwwww.

    RépondreSupprimer
  8. Les nuances c'est pas facile à trouver. Moi perso, j'aurais pas pu être peintre ;)

    RépondreSupprimer
  9. babel > voilà, tête de mute ! c'est bien ça tiens ! bises bab' :)

    Nicolas > tu ne crois pas si bien dire. je suis aux première loges. Va falloir que je m'immunise ! ;)

    Sylvie > Mythique ! je sais que j'ai aussi une grosse tendance à la mégalomanie mais quand même ! une intelligence paresseuse ? hm, j'sais pas. Je vois pas le rapport entre choisir le beau moment(créneau horaire) et le côté mythique. Une aspirine siouplé ? :)

    Carhi > miaou, miaou ! :)

    Bleu Jam > héhé, moi non plus trop cartésien. :)

    Epamin' > holà non ! me contente de ma philo de comptoir ! ;)


    ---
    Salut les gens ! fais beau, vais bienG, et bientôt le week-end ! j'en brasse ! ;)
    ---

    RépondreSupprimer
  10. Je me trouve souvent confrontée à l'incompréhension, mes mots alors sont muets,aucune mimiques ne s'imposent. Mon regard ne se pose sur aucune choses.
    C'est comme une blessure qui ne dure pas mais qui blesse un instant. Un instant toujours trop long...
    Je reviens, d'abord dans un murmure plus qu'une présence.

    RépondreSupprimer
  11. "pensées désertiques", il faut creuser, y a plein de choses là.

    SNAKE

    RépondreSupprimer