Le silence retrouvé

image Alors que la chaleur assomme la plupart de mes congénères, je me trouve depuis quelques jours un regain d’intérêt à la canicule actuelle. N’étant pas un ardent défenseur de la bougeotte estivale, je me réjouis de la sédentarité qu’elle provoque. Bien installé sous la climatisation, volets fermés, calfeutré chez moi, « l’humanitude » ne m’atteint plus et c’est tant mieux.

Pauvres aoûtiens qui commencent à plier bagages et s'amassent sur l’autoroute, direction le grand Nord. Je compatis mais je ne viendrai en aucun cas vous rejoindre aux abords de vos campings et encore moins dans les embouteillages de votre trajet retour. Grand bien me fasse, bon retour et le bonjour chez vous ! L’année prochaine, si vous pouviez choisir l’Espagne comme lieu de villégiature, j’en serais ravi. D’avance, je vous remercie.

Encore quelques heures, quelques files de voitures attelées et mon territoire me sera enfin rendu. Resteront quelques amoureux du calme, retraités ou autres désœuvrés à qui le travail manque. Ceux là ne gênent pas. Je pourrais dés la semaine prochaine, admirer de nouveau la côte méditerranéenne sans faire une heure de slaloms entre les voitures stationnées à même le sable. La plage sera rendue à la nature. La mer pourra claquer ses vagues sur le rivage sans renverser un mini-hollandais couleur écrevisse. Rêveur invétéré, je reprendrai alors la liberté de déambuler sur l’écume sans me prendre sur la tronche une beachball en plastique dur. Au crépuscule, la digue m’offrira une place de choix sur le rocher le plus éloigné et de là, au milieu des éléments, je me réjouirai du silence retrouvé.

Illustration