Lost in turlupinade

Je me baladais sur l’avenue le cœur ouvert à l’inconnu. Je fredonnais cette chanson depuis quelques heures. Les fredonnements intempestifs malgré leurs atours plaisants ne présagent jamais de mon bon moral. Au contraire, ils sont souvent signes avant coureurs de quelque chose qui me turlupine.

Aux Champs-Élysées ! Aux Champs-Élysées ! palalalala ! Il faut absolument que je me débarrasse de cet air pourri pour percevoir ce qui se trame derrière. Qu’est ce qui me turlupine aujourd’hui ? Je m’exerce alors, étendu sur mon lit et détendu de l’immobile, à refaire la journée afin d’y déceler les anomalies. Anomalies qui m’amèneront à comprendre pourquoi je suis tombé brutalement dans les rythmes discos du regretté chanteur au strabisme ostentatoire. En pensant à Jojo, je me souviens soudain de ma propre coquille à l’œil gauche. Plus jeune, elle avait fait l’objet des plus vils sarcasmes. Je passe sur les lunettes hideuses aux verres en forme de tessons de bouteilles et sur les séances chez l’optalmo. provoquant myxomatose et larmes glissantes sur le coin de l’œil. Et si avec cette association d’idées « champs-élysées-dassin-strabisme-souffrance », je tenais ma turlupinade du jour !

Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit ! J’avais maintenant tous les éléments pour justifier mon état. Sans m’en apercevoir, j’avais remonté le fil d’un traumatisme enfantin pour atterrir sur la plus grande avenue du Monde en compagnie d’un chanteur mort. J’étais satisfait de mon auto-psy de comptoir. Je me relevais le cœur léger, fier ma découverte post-freudienne. J’allais enfin pouvoir arrêter de turlupiner, au moins jusqu’à demain.

N’importe qui, et ce fut toi ! Je t’ai dit n’importe quoi ! Et oui, lecteur, lectrice, je t’ai dit n’importe quoi car Jo Dassin aurait pu être n’importe qui d’autre. J’aurais très bien pu fredonner un autre air d’un interprète célèbre dépourvu de strabisme. C’est vrai, j’aurais pu aussi chantonner du Dalida. Salma ya salama rohna we guina
ya salama. Mais à part ces deux légendes de la variété française, point d’autre résolution de turlupinades à base de loucherie ambiguë.

Tu as suivi ? Tu me suis toujours ? Décontracte-toi, tu es presque au bout du texte. Regarde-moi bien dans les yeux ? Dans les yeux, je te dis ! Mon dieu, mais toi aussi, tu louches !

Ce texte est proposé pour le challenge #jolimot sur 17ruedesarts.fr
Photo : Lost in translation

23 commentaires:

  1. ;)
    C'était plutôt agréable de lire ce texte accompagnée par la bo de Lost in translation... c'est quand même mieux que d'entendre dagada dagada zut tu m'as collé ces satanés Dalton dans la tête ! pourtant je suis moins stupide qu'Averell... quoique...
    (@@)

    RépondreSupprimer
  2. Fais gaffe qd même, Jo et Dalida en sont morts...

    RépondreSupprimer
  3. Fred > mais c'est pas les Dalton là, c'est "aux champs-elysées" :))

    Aniloise > ah ben moins, tu louches pas. coucou !

    Erick > wè... c'est louche.

    RépondreSupprimer
  4. le propre de qui a des problèmes de convergence est de ne pas regarder dans les yeux, comme de ne pas supporter trop longtemps le regard d'autrui... insensibilité? Loin de là! Il lui suffit d'un clin d'oeil, d'un regard instinctif, et tout est lu de l'autre et tout entendu des nuances dans la voix, car l'oreille, oui l'oreille sont les yeux qu'un organe aléatoire, plus qu'imparfait, sert à mettre sur la piste...
    si tu me suis, lecteur, tu comprendras qui je suis...

    RépondreSupprimer
  5. Dans les yeux? oh! je suis troublée...
    Je vais aller siffler la-haut sur la colline ...
    zaï ... zaï ... zaï ...

    Mélodie

    RépondreSupprimer
  6. ah oui, pas facile de se débarrasser de ces turlupinades musicales qui ns assaillent sans prévenir ! Joe Dassin, passe encore.. moi quand c'est de l'Obispo, j'commence à m'inquiéter.. ;)

    RépondreSupprimer
  7. Sylvie > Tu marches donc à l'oreille plus qu'à l'œil. De là à dire que tu as l'oreille coquette, il n'y a qu'un pas. :)

    Mélodie > C'est malin. C'est celle là que je vais fredonner maintenant. ;)

    Babel > naaaaaaaaaaaaaan ! pas obispo pitié ! de toute façon, ça risque pas, j'évite toutes radios diffusant des Obispoquerie !

    RépondreSupprimer
  8. Je sais bien que c'est quand il allait aux Champs le Jo ! mais de Jo, chuis passée à Averell, et j'ai eu tort de lire le commentaire de Mélodie parceque ah ! Melody tu m'en auras fait faire des c...
    Bon, un Gainsbourg vaut mieux que deux frères de Dalida non ? :)

    RépondreSupprimer
  9. Et les p'tits pains au chocolat, la, la,la, la....

    RépondreSupprimer
  10. Bon, comme c'est la saison... Tiens, prend ça :
    http://www.dailymotion.com/video/x2z3ug_joe-dassin-l-ete-indien_music
    Ça t'apprendra !
    Joli le bois :-)

    RépondreSupprimer
  11. Fred > ah oui, malgré mon strabisme, suis plus proche d'un gainsbourg ou d'un bashung que d'un dassin. :)

    Epamin' > ah non pas celle là ! il l'a chanté avec qui déjà ? Michèle Torr non ?

    Cat > On ira, où tu voudras quand tu voudras. Ben oui, c'est vraiment l'été indien ici ! et pour le bois, je mis un peu de chaleur en prévision pour cet hiver. :)

    RépondreSupprimer
  12. mais pourquoi tant de haine ?
    ( j'parle vraiment de ces airs cons ... qu'on est obligé de meuhmeuhmer à la première note, à la première parole lue )

    -O)

    RépondreSupprimer
  13. awé
    c'est djOly ta new transcoloration ,O)

    RépondreSupprimer
  14. Et pis c'est sympa... on voit les binettes et mon museau !
    Heu, fait pas tout cramer kan même !

    RépondreSupprimer
  15. Bon je louche maintenant... j'avais bien besoin de ça! :)

    RépondreSupprimer
  16. Mr M Andouille ! palala palalala ! :)

    Cat > non, t'inquiète. j'suis zen, 'fin presque.

    Minouchka > héhé! plaisir de te revoir ici. :)

    ---
    Hello les gens qui passent ici et les autres aussi d'ailleurs. café, café, café, café !
    ---

    RépondreSupprimer
  17. Turlupiner. C'est un mot que j'aime bien. Il est un peu louche.

    RépondreSupprimer
  18. Toujours sympas tes textes.
    @dedalus: tant qu'αяf ne joue pas au turlupin, c'est bon.

    RépondreSupprimer
  19. Dedalus > et dans turlupiner, y a "turlu". Bon, je pensais que quelqu'un la ferait avant moi celle-là. :-/

    le coucou oh oh, avec ton turlupin, je viens de m'apercevoir que je me suis fourvoyé sur la signification de Turlupinade qui n'a rien à voir avec "turlupiner" mais désigne les frasques, jeux de mots et équivoques faciles de Turlupin l'acteur ! Je viens d'ailleurs de faire avec ma réponse à dedalus une belle turlupinade.

    RépondreSupprimer
  20. Rien ne dépassera jamais les airs de Dalida, au firmament de la chanson. Je crois qu'elle avait aussi un petit truc dans le regard. Bonne chance ou merde au choix.

    SNAKE

    (Un mal fou à accéder à ton blog depuis qlques jours)

    RépondreSupprimer
  21. c'est malin j'ai l'air dans la tête ! turlupinasse sur le bassin :))) http://couleur-nature-photos.blogspot.com/2008/12/la-sirne-du-bassin.html

    RépondreSupprimer