Des mots niak !

Je me lève et tu ne m’as toujours pas quitté. Tu as l’air boudeuse ce matin alors que je suis ouvert, avec l’envie d’agir, de bouger, de vivre. Inversement hier, tu étais enjouée, fringante, un rien prétentieuse lorsque tu m’as trouvé las, éloigné dans mes pensées, en proie au spleen. Pourquoi somme-nous sans cesse nos meilleurs ennemis ?

Je suis maintenant debout. Bien droit, je te toise et tu disparais quelques minutes avec les débris de ma nuit. Tu t’égares puis reviens avec mes premiers clics sur l’actu du jour pour disparaître sur la lecture des tweets matinaux. Au café, tu t‘immisces dans le creux de mes joues et glisse en rappel entre mes gencives. Je te chasse avec des mots « niak ». Je te jette à la figure mes pensées contrariées.

Sous la douche, tu te tais, tu la ramènes plus. L’eau purifiante t’affole, toi la démone de carbone. Je m’habille, je range, je plie, je trie, je file dans la fraîcheur du petit matin. Pressé par le temps, mon cerveau t’oublie tandis que mon corps se souvient. La journée tourne, vire, s’étire et se raccourcit au son de tes va-et-vient incessants. Tantôt paradisiaque, tantôt dans le feu de l’enfer, tu imposes ta limite en équilibre entre le besoin et l’envie.

Retour le soir dans l’antre protectrice, tu redoubles le manque. Tu feins une nouvelle fois l’absence et pourtant, tu es toujours en moi, insidieuse et divine beauté maléfique. Le crépuscule est propice à de nouvelles attaques pointues entre chien et loup. La nuit apaisante te fait fuir. Tu retournes dans l’oubli à la faveur de mon amnésie nocturne.

Devant l’écran de mes pensées, je te couche, nébuleuse indéfinie, sur une page blanche et je sens en filigrane apparaître ta couleur jaunâtre nauséabonde. J’inspire, je souffle, je te battrai saleté de clope !

Ecrit le 30 mai, depuis, elle a gagné...

26 commentaires:

  1. j'attaque ma septième semaine. combien encore avant de me rendre ? combien encore avant de me vomir ? niak !

    RépondreSupprimer
  2. Je perds comme toi souvent cette bataille mais je reste en guerre!
    En ce qui me concerne, je compte bien relancer l'infanterie en première ligne sur les bonnes résolutions de Janvier...

    RépondreSupprimer
  3. j'ai arrêté il y a presque 9 ans ...
    Quel combat !
    Bises
    Bulotte

    RépondreSupprimer
  4. j'ai arrêté le lendemain où j'ai su que j'attendais ma fille (5 years ago et pourtant dès fois l'envie soudaine, irraisonée, irrésistible me saisit... de fumer une clope...
    je ne cède pas car je sais que cette fois rien ne me ferait arrêter :)
    bonne journée
    mu

    RépondreSupprimer
  5. je ne peux qu'être là, sans rien dire (je ne fume pas). Bises

    RépondreSupprimer
  6. moi même la nuit elle venait me hanter, et le pire c'est que son absence me donnait presque goût au sport, notre rupture ne dura que 15 jours...

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas > oui, aïe ! va falloir que je pense à ré-ré-arrêter pour re-re-commencer !

    Dedalus > Bravo ! Quelle méthode ?

    Desiderata > non, le 1er janvier c'est trop convenu puis on sait bien qu'on ne tient jamais les bonnes résolutions du nouvel an.

    Bullotte > bravo ! faut du caractère !

    Mu > oui, ça c'est une bonne occasion... me faut être enceinte alors!

    Sylvie > tu ne sais pas la chance que tu as !

    RépondreSupprimer
  8. Hop Gaël en même temps !

    Oui, je me réveillais à 4h toutes les nuits aussi ! ça a duré 2 mois et demi, la dernière fois. Argh!

    RépondreSupprimer
  9. αяf > Quelle méthode ? L'expérience. J'ai commencé à arrêter de fumer il y a 25 ans juste après ma première cigarette. Je connais désormais tous les pièges par lesquels on recommence, et suffisamment pour parvenir à les déjouer. C'est une sorte de jeu mental dans lequel la sensation de manque n'est que cela, une sensation, une ruse supplémentaire. Suffit finalement de ne pas tomber dans la feinte. Suffit d'apprendre de ses échecs. J'ai échoué 99 fois, c'est ma centième tentative, donc c'est la bonne. Je crois.

    :-)

    RépondreSupprimer
  10. ah la clope ! c'est un peu je t'aime moi non plus...

    bizettes mon bon roi

    RépondreSupprimer
  11. Dedalus > Je crois avoir aussi ma petite expérience depuis 23 ans que je fume et c'est pas glorieux. X tentatives, la dernière était entourée de toute ma motivation. Je faisais même des discours "d'intégriste" anti-tabac autour de moi et puis j'ai replongé. Je maitrise je crois la sensation de manque mais lorsque, régulièrement, je baisse les bras pour une raison externe, "elle" la vilaine, la sournoise, la pourriture revient vers moi comme une bouée de secours. Je l'aurais un jour, je l'aurais... :-/

    Mr M. > Je te trouve bien insouciant à ce sujet PATATE ! faut arrêter, faut arrêter !

    Ma bonne fée > oui, s'il n'y avait qu'avec la clope que j'agis de la sorte... ça me fait super plaisir ton passage là ! bises ma bonne fée :)

    RépondreSupprimer
  12. Beau texte pour une lutte sans merci! Moi j'ai été vaincu trop souvent, je crois j'en ai marre…
    (Au fait, je pense à toi, menacé peut-être par une vidourlade… J'espère que tu es suffisamment loin de ce foutu pont où j'ai passé quelques nuit à regarder l'eau déborder doucement, en compagnie de tout le village en pyjamas!)

    RépondreSupprimer
  13. Le coucou > Je suis juste à côté. La rue en face le pont Boulet. Mais la pluie a cessé vers 18 heures. Rien d'alarmant pour l'instant. Merci. :)

    RépondreSupprimer
  14. J'ai arrêté cinq ans. J'arrêterai à nouveau dans quelques semaines. Bon courage.

    RépondreSupprimer
  15. Le 1er décembre,j'arrête pour la xème fois, tu m'accompagnes ?

    RépondreSupprimer
  16. Heu.. Le 1er paragraphe, j'ai bien cru que....tu parlais d'autre chose.... :)

    RépondreSupprimer
  17. Jamais fumé
    sauf des cigarettes en chocolat (pas bon le chocolat des cigarettes!)
    et une bouffée de cigarette mentholée qui m'a collé un mal de tête durant une semaine et m'a laissé un abominable goût dans la bouche. BEURK! Jamais eu envie de recommencer!

    Et si tu remplaçais les infâmes petits tubes blancs et jaunes de tes non moins infâmes paquets par des amers bâtons de réglisse à mâchouiller...

    RépondreSupprimer
  18. Anna > oui, moi aussi, je vais fumer quelques semaines et j'arrêterai dans 5 ans.

    Elle > euh... comment dire ? non ! :) puis, ce que tu croyais je savais que tu allais le croire... Pour mémoire, ce texte a été écrit il y a 5 mois.

    Sylvie > bisou :)

    Epamin' > non, je peux pas. La réglisse ça me file de la tachycardie ! :)

    RépondreSupprimer
  19. comme qui dirait que la guerre de cessation n'a pas cessé... c'est sure :o)))
    Moi, je fume pô... nananère!!!

    RépondreSupprimer
  20. Pour le coup, je reviens: tu habiterais rue Robespierre? Nous étions rue Brossolette, en face la boulangerie!

    RépondreSupprimer
  21. As-tu déjà essayé de fumer le jambon, ou le saumon ?
    O.K. ... :-(
    Je sors ! dit le hareng <;o)

    RépondreSupprimer
  22. j'adore!
    ton texte …
    et cloper…

    RépondreSupprimer