Entre la cave et le salon

image Dans la maison de mon enfance, prés du salon, il y avait une cave. Singularité de ces vieilles demeures villageoises, les pièces étaient agencées en dépit de bon sens. Juste un couloir séparait les deux pièces ; si bien qu’il était facile de passer d’un endroit chaleureux à une atmosphère froide et humide. A elles seules, ces deux pièces résumaient l’ambiance des lieux.

Le salon était, comme il se doit, l’endroit dévolu à la détente. Du moins le laissait-il croire. Les soir d’hiver, s’y jouait le ballet familial traditionnel. Maman se posait devant la télévision confortablement installée dans un moelleux fauteuil en cuir fauve. Elle prenait toujours la précaution de glisser sous l’accoudoir le dernier télé7jeux. Solution de rechange si les trois chaînes lui faisaient l’affront de ne présenter que des programmes inintéressants. Papa effectuait des va-et-vient incessants entre son rocking-chair toujours en mouvement et sa cheminée qu’il alimentait, plus que de raison, avec de grosses bûches fraîchement coupées. Le feuilleton télé du soir ne l’intéressait guère. Il préférait admirer les luxuriantes flammes qui chauffaient et éclairaient à peine la pièce, lui donnant un aspect mystérieux. Dans son regard, je pouvais lire la satisfaction du bûcheron qui, des heures durant, s’était acharné à la tâche amassant des stères de rondins et autres ceps de vigne bien secs. Un véritable trésor. Butin qui crépitait maintenant dans le foyer pour délivrer un bien être que lui seul parvenait vraiment à apprécier.

Quant à moi, sur une chaise inconfortable, je suivais d’un œil les épisodes de Châteauvallon tandis que de l’autre, j’accompagnais les mouvements de l’attiseur de feu. Chantal Nobel était belle, Maman impassible. Papa toussotant tirait sur sa gauloise brune aussi bien que la cheminée tirait la fumée de son conduit vers l’extérieur. La soirée s’écoulait silencieuse et paisible mais aussi immuable qu’ennuyeuse. « Puissance et gloire dans l’eau trouble d’un regard ! » hurlait alors Herbert Léonard sonnant ainsi la fin de la soirée télé. Tandis que le générique déroulait ses fadaises, Papa se levait péniblement du siège patriarcal. Après un dernier coup de tisonnier pour étaler la braise, il nous souhaitait une bonne nuit d’une façon laconique et convenue. Le couloir, un détour par la cave pour siroter un coup de rouge somnifère et il disparaissait.

A suivre.

17 commentaires:

  1. on se croirait au début d'une nouvelle d'Agatha Christie.. l'atmosphère pesante et feutrée du salon, l'inertie des personnages nous laisseraient entrevoir un dénouement innatendu..
    donc, j'attends la suite avec impatience !!! ;-)

    Feliz año nuevo, el Arf !

    RépondreSupprimer
  2. Une fois de plus, j'aime bien le climat de tes textes. J'attendrai la suite avec gourmandise (et j'essaierai de ne pas me mettre en retard comme la dernière fois). Moi, j'aime bien les vieilles maisons de village, un peu biscornues —ou beaucoup. Tiens, une des plus belles que je connaisse se trouvait à St Hyppolite-du-fort: on avait vraiment l'impression d'un labyrinthe de contes de fées, où l'on aurait pu se perdre, avec même une passerelle entre des pièces…

    RépondreSupprimer
  3. Tu es donc resté sur ta faim puisque sans fin le chateau Vallon...
    Moi, veux pas rester sur la mienne... trop gourmande... j'attends donc la suite de la saga du fauteuil de cuir et le rocking chair.. Je crains le pire..., la cave avant de s'endormir... peut être cauchemardesque...
    Bisou voeux Arf
    Fidji

    RépondreSupprimer
  4. Comme le Coucou, j'aime bien le climat et les textes, mais les références à Chantal Nobel me causent des interrogations : suis-je tant que ça plus vieux que toi ?

    RépondreSupprimer
  5. Ayant lu, ici même, d'autres billets-souvenirs, je me doutais que la cave aurait un rôle plus important à jouer que Chantal Nobel dans cette soirée familiale...
    Quant au talent arfien, on y retrouve the Arnaud's style!

    RépondreSupprimer
  6. Bab' > feliz año itoo ! Puis pour Agatha, t'exagères. Juste une petite histoire d'ambiance, un souvenir fugace. bises :)

    Le coucou > Moi aussi, j'ai appris depuis à aimer ces vieilles maisons. Mais, je crois avant tout que ce sont les gens qui y vivent qui les rendent intéressantes au delà de l'architecture biscornue. Même à St hypo. Merci. ;-)

    Fidji > oui, tu as raison. L'accident de Nobel a fait arrêté la série plus tôt que prévu, je crois.

    Nicolas > Ben en 1985, j'avais 16 ans. Plus tout à fait un enfant. Quoique. :)

    Epamin' > Arnaud'style sur ce texte ! Ah bon, là, ça m'échappe alors. Oui, la cave était une pièce très intéressante.

    RépondreSupprimer
  7. C'est une époque où je n'avais pas de tv.. Tu connais mes lacunes invraisemblables en matière de programme tv.. En général tu te moques de moi.. A priori, là je n'ai rien raté..
    Quant à ton texte, une ambiance, plus qu'une intrigue me semble-t-il...

    RépondreSupprimer
  8. "Chantal Nobel était belle, Maman impassible." Bien écrit !

    RépondreSupprimer
  9. Elle > oh si, c'était bien châteauvallon. Un suspense insoutenable. :)

    Anna de Sandre > Merci. bon week-end :)

    RépondreSupprimer
  10. comme ton père le feuilleton ne m'interressait guère, mais faut dire que j'étais tout minot.

    RépondreSupprimer
  11. j'aime bien le commentaire
    d'épamin'

    tout est dit

    -O)

    RépondreSupprimer
  12. Trop de bol!Je n'avais pas le droit de regarder "ces conneries!" décrétées par mon père...

    RépondreSupprimer
  13. Philippe > Même maintenant, il n'intéresserait personne. :)

    Mr M > Arnaud's style toi aussi ! Ben ça alors !

    des fraises > Merci !

    Dési > ah ben quand même, malgré la platitude du feuilleton, Chantal Nobel valait le coup d'être vue. :)

    RépondreSupprimer
  14. A l'époque, je ne regardait pas ça, ni Dallas. Dans la famille, on ne pensait même pas que ça pouvait se regarder, ces programmes là. Les séries télévisés, c'est d'abord une éthique... c'est se dire qu'on va créer une habitude. Et ce genre d'habitude, je n'y suis venu que plus tard, avec des séries pour ado (j'ai oublié les noms).
    Aujourd'hui (je n'ai pas la télé), je n'ai toujours pas compris Plus belle la vie.

    RépondreSupprimer
  15. Chez ma grand mère il y avait une cave qui paraît-il était reliée à l'Eglise par un souterrain. J'en ai souvent rêvé à ce souterrain.

    Snake

    RépondreSupprimer
  16. je retrouve des petites choses qui remontent à la surface ...

    RépondreSupprimer