Aérien

clip_image002

Aérien. Je me sens aérien ce matin, libre de tout mouvement à tel point que je m’autorise à ne pas en faire. Ne pas bouger surtout, laisser le jour s’ouvrir tout seul. Alors je ‘grasse-matine’, d’idées éthérées en gestes chassés. Mon lit est le théâtre de cette nonchalance matineuse. Mes mains rejoignent ma nuque, s’assemblent, s’écartent, jouent de leurs doigts pour délier mes pensées et les yeux mi-clos, je continue à rêver éveillé. Par la fenêtre de ma chambre, un entrefilet de vie, celle qui éclot pour les vaillants qui ont brisé leur nuit. Moi, je le regarde ce jour, ne le prend pas comme il vient, je le laisse réchauffer les braves qui en ont tant besoin. Mes pieds se découvrent d’un roulis imprécis excités par des orteils recroquevillés qui veulent garder le chaud de la couche. Tout mon corps se relâche et défie l’aube qui perce de me sortir de cette flemme.

D’un étirement camarade, l’alangui retombe dans les draps. Je pivote, plonge ma face creusée dans l’oreiller et referme des yeux qui ne luttent plus contre l’ouverture du jour. Bleu. Patiné de bleu. Céleste en somme pour un réveil aérien. M’éloigner du gris quotidien que je sursois et dans cette échappée, retrouver l’azur naturel du ciel. C’est dans cet esprit que désormais mes idées fumeuses vagabondent. Je crois bien que je rêve à nouveau. Je vole même, c’est incroyable ! Je ne sens plus mon poids peser sur le lit, je m’élève, virevolte dans des spirales bleutées tout en accaparant ma conscience à retenir ce moment de plénitude. Variation d’altitude, je redescends gorgé de ciel, rase le sol, file entre les pièces de la maison laissant une traînée bleutée qui marque les courbes de mon parcours. A une vitesse vertigineuse, je survole mon lit vide et passe par la fenêtre pour enfin atterrir nu comme un ver sur la terrasse. Devant moi, un stylo à plume bleue, une table de jardin aux reflets cobalt, une tasse de café chaud avec un nuage de lait et une page vierge comme un drap blanc. Ce matin, je vais écrire mes rêves.

Ce texte est ma participation au jeu d'écriture n°4 du blog à mille mains. Le principe du jeu est simple : à partir de cette photo, chacun(e) écrit un texte et le publie sur son blog. La seule contrainte est de s'inspirer de cette photo. Les textes peuvent prendre la forme, le style, la longueur que vous souhaitez. J’invite Colombine, la citadine, Epamin’, Murièle et tous les autres qui le souhaitent à lâcher leur prose ! :)

Illustation : Thé Citron