Dans mon super hypermarché

image Petit portique aux ailettes battantes en acier chromé. Nul besoin de pousser, elles se déploient sur mon passage et je pénètre dans l’antre de la consommation. Vers la gauche, en arc sur le sol, des autocollants de pas verts m’indiquent le chemin (obligatoire) pour me rendre vers un stand qui fait la promotion d’une nouvelle bière ultra-rafraîchissante ; tandis qu’à droite, s’offrent à moi les délices du rayon photo, informatique, TV, Hi-fi. Il paraît que tout est calculé dans les super-hypermarchés, que rien n’est laissé au hasard, que tout y est conçu pour accaparer l’esprit du chaland et le guider au mieux dans l’épanchement de son porte-monnaie. Des études démontrent que, dés l’entrée, la majorité des gens se dirige vers la droite, d’où l’intérêt d’installer à cet endroit des articles à forte valeur ajoutée mais aussi des produits dits d’achat impulsif. Et impulsif, je suis et à droite, me dirige malgré les traces vertes houblonnières m’invitant à faire le contraire.

Evidemment, un tour dans le rayon informatique, un œil sur les derniers ordinateurs portables, l’autre sur les étiquettes qui m’indiquent des prix dissuasifs. Je passe et roule mon panier sur les carreaux blancs jusqu’au point librairie. Etrange rayon placé entre celui des CD/DVD et celui de la boulangerie. La nourriture de la tête appelle celle du ventre, sûrement. Deux Nothomb en poche plus tard, je me retrouve au rayon charcuterie et de façon incongrue, voilà qu’Amélie côtoie dans le fond du panier une barquette de jambon découenné. Vision insolite, stupeurs et tremblements. Heureusement, aussitôt recouverts d’un paquet de croque-monsieur, les livres se dissoudront très vite sous l’acide sulfurique des prochains articles.

Je file, évite les rayons moches : ménagers, jardinerie, visserie, automobiles etc. Je me presse, car déjà le souffle me manque, je cours presque et suis le débit fanatique et irritant des annonces promotionnelles claironnées dans les hauts-parleurs du magasin. Maintenant, je fuis, échappe aux rayons cités ; de toute façon les soles ou les perches en solde, c’est pas mon truc. Je m’arrête un instant devant l’étal des céréales, perplexe quant au choix proposé, une gondole de trois mètres sur trois me nargue. Des lions rugissants ou des sylphides au ventre plat s’intercalent sous mes yeux flottants. Je continue, pas de céréales, l’animateur au micro hurlant approche, il faut que je sorte.

J’ai chaud puis très froid dans le rayon des surgelés qui m’amène aux caisses. Tapis perpétuel, je dépose livres, bières ultra-rafraîchissantes, (car retourné sur mes pas et les pas verts du stand aguicheur) jambon, boîtes de conserve en tout genre. Quelques bips plus tard, le sourire inexistant de l’hôtesse, les sacs recyclables aussi chers que Nothomb, la carte bleue dans la fente, le parchemin automatique qui sort de la gueule de la machine, je sors, épuisé, bombardé à mon insu de milliers d’informations sonores et visuelles. Vite, retourner à la maison.

28 commentaires:

  1. Ce qu'il y a d'insupportable dans ces grandes surface, c'est qu'en fait tout repose sur les réflexes les plus bas espérés du client: le désir, la boulimie, l'instinct du pillage… Avec la caisse au bout.

    P-S, au fait: «L’apaisement n’aura duré que quelques instants. Sur sa table de nuit, son téléphone mobile vibre… A suivre…» est-ce que j'aurais loupé quelque chose, ou Cassandre s'est rendormie?

    RépondreSupprimer
  2. Tsss, tsss, Arf ! Quelle idée de faire acheter leurs livres à tes héros en hyper ! Emmène-les chez un libraire. Et après, installe-les à la terrasse d'un troquet. A mater les jolies filles ou les jolis garçons en montrant ostensiblement la jaquette de leur Nothomb ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Le coucou > Et oui, le coucou, peut-on encore militer pour le retour du petit épicier ? Et pour Cassandre, je crois qu'elle dort du sommeil du juste, pour l'instant. Et puisqu'on parle d'endormis et de Juste, elle en est où la famille Poussegrain ?

    Gilles > Un libraire ? Qu'est ce que c'est que ça ? Tu veux parler d'amazon.fr ou de l'iBookStore c'est ça ? :)

    RépondreSupprimer
  4. ahhhhhhhhhh! pas Nothomb!!!
    ............. sinon, vu que je "monte" demain, je ne vais pas tarder à connaitre le même sort!
    à part ça, je regarde toujours à gauche (j'ai un défaut de vision qui me sauve de bien des choses, même des images subliminales - enfin, parfois-)

    RépondreSupprimer
  5. Le super-hypermarché, c'est aussi cette insondable exploration qui souffle le chaud et le froid, la grande traversée thermique.

    RépondreSupprimer
  6. Commercialement délicieuse cette balade aux hyper-rayons.
    Une ambiance cynique à la Huxley.
    Hum, oserais-tu insinuer que Nothomb est une saucisse ? Arf !
    Je suis Gilles dans le plaisir tactile et l'échange humain du libraire, je pousse même jusqu'aux bouquinistes qui ont ce petit look poussiéreux désuet mais tellement charmant. Je fais du troc et je m'approvisionne dans les marchés et petits commerces de proximité; serais-je un dinosaure ?

    RépondreSupprimer
  7. Dans ce jeu de piste amusant, je retiens les "traces houblonnières" et "j'évite les rayons moches" qui me fait rire pour de vrai. Tout ça colle bien avec l'état dans lequel me mettent ces endroits une fois par semaine ! Je vais penser à vous et peut être garder ma bonne humeur dorénavant. (je doute quand même)

    RépondreSupprimer
  8. Super épuisant ! Bon, veux bien une bière, moi alors, oui d'ac... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Comment peut-on acheter DEUX Nothomb ? Cet homme est gravement dépressif, il boit pour oublier ce qu'il lit, puis il tente de se suicider à coups de croque-monsieurs sous vide. Cette histoire est tout simplement tragique.

    RépondreSupprimer
  10. Sylvie > ben pourquoi pas Nothomb ?

    Gilbert > Exact, la prochaine fois, faut y aller avec une couverture de survie !

    Encre > non, Nothomb est un tube pas une saucisse. :) Et pour l'authenticité du libraire, ça ne m'étonne pas de toi. Mais non, tu n'es pas un dinosaure enfin !

    Kouki > les hypermarchés ne mettent jamais de bonne humeur, ça se saurait !

    co-errante > ok, et un demi pour co-errante ! ça roule !

    M'dame M > C'est pas faux ! Mais qu'avez-vous donc tous contre Nothomb ? 'spèce de littéraires élitistes !

    RépondreSupprimer
  11. Arf (d'une voix navrée), c'est nul, je ne vois rien d'autre à en dire. C'est même nullissime (à part le premier qui m'avait bien plu). Je sais que quand je dis ça, je perds trois millions de lecteurs potentiels qui Nothombellisent à fond. Mais, mais... c'est la vérité et je ne sais pas mentir (enfin pas trop bien). Ce n'est pas de l'élitisme du tout, ne croyez pas ça. J'ai juste pris la peine de la lire et les bras m'en sont tombés (je les cherche encore).

    RépondreSupprimer
  12. M'dame M > Tous les goûts sont dans la nature. Voilà que vous étayez votre dégoût, c'est bien. Moi ai aimé "stupeurs et tremblements" ainsi que "la métaphysique des tubes". Surtout celui là d'ailleurs, auto-biographie de 0 à 3 ans, elle se la pète un peu peut être mais c'est plaisant et je trouve intéressante cette vision d'un enfant qui pense, qui regarde le monde différemment. Enfin bref, je vais pas vous convertir mais plus largement, tous ceux qui tapent systématiquement sur la littérature dite "populaire" m'agacent. C'est lequel le premier ?

    RépondreSupprimer
  13. euh ... j'veux juste dire que moi, Amélie, j'aime bien ... (même si, quoi..).
    =)

    RépondreSupprimer
  14. Rajout essentiel :

    Je parle de la Nothomb de "Mercure", de "Cosmétique de l'Ennemi", et même de "Acide Sulfurique" ..
    Pas de celle qui écrit ensuite inlassablement, avec d'autres mots, les mêmes histoires ..
    J'dis ça, j'dis rien ..
    J'T'M bien, le n'Arf ..

    =)

    RépondreSupprimer
  15. j'avais pas suivi le passage de
    "futilité
    à
    facilité" ..
    i s'est passé un truc, ou quoi ???

    RépondreSupprimer
  16. "promotion d’une nouvelle bière ultra-rafraîchissante", Mr Arf, un peu de retenue !

    RépondreSupprimer
  17. Manue > mais ça a toujours été "facilité". :) ... Ah une Nothombophile ! Mais, ai pas aimé "acide sulfurique" : trop invraisemblable cette "concentration". Les autres pas lus ! Puis moi aussi, t'aime bien la Manue !

    RépondreSupprimer
  18. J'avoue qu'à Auchan de Vélizy2 (le plus grand de France), je regarde d'abord le pinard (rosé rafraîchissant), et le rayon informatique. Madame Snake me tire vers des rayons plus "utiles".

    SNAKE

    RépondreSupprimer
  19. snake > Ben quoi, t'aimes pas la bière ?

    RépondreSupprimer
  20. pinaise, je découvre des trucs qu sont là depuis 1000 ans ...
    j'avais vraiment besoin de vacances, moi...
    =)

    une tite mousse, tiens ...

    RépondreSupprimer
  21. nothomb ...
    j'aimais bien au début !
    depuis longtemps
    elle me lasse

    hm
    soupire je

    -O)

    RépondreSupprimer
  22. La question est: "Avez-vous la carte de fidélité Môsieur?"

    RépondreSupprimer
  23. Ah oui, Dési et toujours la même réponse mentale agacée : "et non, je l'ai pas ta carte !" :)

    RépondreSupprimer
  24. il y a 2 choses qui m'agacent autant que toi.. c'est la sempiternelle question sur la carte fidélité, mais aussi cette réserve méprisante de ceux qui condamnent systématiquement la littérature dite populaire ! ou toute autre forme d'art d'ailleurs..

    RépondreSupprimer
  25. Mais qui a parlé de littérature populaire à part vous ? Pas moi en tout cas. Ne confondez pas populaire et commercial. Ne pas aimer Nothomb, ce n'est pas être pour autant une intello méprisante. C'est juste dire que prendre les lecteurs pour des douilles, ça me gonfle et que je cherche autre chose dans mes lectures. J'ai le droit ? Non?! J'aime pas Nothomb, ni Musso, ni Levy. C'est de la daube en boîte. Mais chacun a le droit de lire ce qu'il veut. Pour moi, c'est sans problème.

    RépondreSupprimer
  26. C'est vrai j'aime moins la bière. Mais si je suis dans un pays à bière, j'en bois. Je n'aime plus trop la bière anglaise, alors là-bas je bois du cidre. Allez une petite Gueuze Mort Subite, hips.

    SNAKE

    RépondreSupprimer
  27. Empilement du jour : une nouvelle housse à fleufleurs pour la table à repasser + ARNOBRUSSLD....qui devrait aider à (re)passer plus facilement.

    Pas de bière (et pourtant ARNO) ...je me ferai un p'tiot kawa,mais la carte de fidélité...ben oui, ARNO, quoi!

    Arthémisia
    http://corpsetame.over-blog.com/

    RépondreSupprimer