Fâchée

image Je peux pas le croire. Que tu aies fait ça, toi, à moi. Moi qui suis ta mère quand même. Me mentir comme ça, sans vergogne. Mais tu te crois où là ? Tant que tu seras sous ce toit, c’est à moi et à ton père que tu auras à faire, c’est nous qui dirigeons ici. Pas toi, non, pas toi, avec tes mensonges, ton cynisme et ton jeunisme à deux balles ! Tu vois pas que si on presse, on presse ton nez, c’est encore du lait qui coule. Tu ne connais rien à la vie, non, rien et nous, on est là pour toi. Tu vois pas qu’on fait tout – enfin surtout moi parce que ton père – pour que tu aies tout ce que tu veux et tu as tout ce qu’un jeune homme peut désirer, pour que tu sois bien et ne souris pas, tu peux pas dire que tu n’es pas bien, pour que tu grandisses dans le confort et ne lève pas les yeux au ciel, tu vis dans un cocon.

Alors pourquoi ? Dis-moi. Pourquoi tu me fais ça à moi ? Qu’est ce que j’ai fait, qu’est ce que j’ai fait au bon Dieu pour que tu me fasses une telle vie, à moi ? J’ai raté quelque chose, dis-moi, mais parle, parle-moi, jette-le maintenant, vide-toi. Qu’est ce que j’ai loupé, qu’est ce que, quoi, où mon éducation t’a manqué ? Tu es le dernier, le plus gâté, le plus soigné, de l’argent, je t’en donne toutes les semaines, la liberté, tu sors quand tu veux, tu rentres aux heures qui te plaisent, tu peux faire du sport, sortir en boîte, t’amuser, tu as tout ce que nous n’avons jamais eu, nous, à notre époque, tu le sais ça ? Je ne te comprends pas, tu restes planté, tête dans ton cou, sans un mot. Regarde-moi quand je te parle ! Sèche ton regard faussement humide ! Et raconte-moi, mais bon sang, qu’as-tu dans le crâne, petit con ?

illustration

13 commentaires:

  1. Et il se vida et fit une flaque, un petit étang, une grosse larme.

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui, là, ça lui échappe et ça la fâche, c'est sur !
    Et qu'est-ce't'as fait alors ?

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai ça, il a tout et ça lui suffit pas ! Ah cruelle ingratitude ! Elle a raison, la pauvre! Mais elle n'a rien compris comme toutes les mères qui doivent subir le rejet pour que l'oisillon prenne de l'envergure. Célavie!

    RépondreSupprimer
  4. Brigetoun > ... dit-il, se carapatant vers sa chambre.

    Gilbert Pinna > oui, liquéfié le garçon, tout entier dans la flaque.

    Cat > beuh, rien de grave, un p'tit mensonge de pré-ado quoi. trois fois rien.

    zoé > C'est fou comme les mères ne comprennent jamais rien et encore plus fou de s'apercevoir des années après que c'est nous qui ne comprenons plus rien. Célavie!

    RépondreSupprimer
  5. http://www.youtube.com/watch?v=-FSR27aTy6U

    RépondreSupprimer
  6. ah oui Philippe je fais que des romances nerveuses ! ;)

    RépondreSupprimer
  7. et vla comment on fabrique des grands garçons à sa manman qui font qu'à mendier de l'affection auprès des femmes... :)

    RépondreSupprimer
  8. Christophe, vous allez vous mettre à dos toutes les mères de la blogosphère! Et Dieu sait si elle en compte! Le nombre de mères juives de religion catholique, protestante, musulmane... vous n'avez pas idée!

    RépondreSupprimer
  9. Tiens, j'ai une idée, une idée amusante, je crois...

    RépondreSupprimer
  10. Kouki > oui, hein, quelle plaie, vivement qu'ils volent de leurs propres ailes !

    toff de aix > ah, voilà, c'est pas faux, une maman dans chacune d'elles. :)

    depluloin > Oh pétard, vous avez raison. D'autant que mon lectorat est majoritairement féminin. "La purée, mon fils, comme t'étais comme t'es devenu !"

    dedalus > ah ah, ben, vas-y, fais péter l'idée ! :)

    RépondreSupprimer
  11. C'est fait : http://www.avoodware.com/blog/marre/ ;-)

    RépondreSupprimer