La voisine

image A travers le rideau tricoté au crochet et décoré de larges losanges aux fanfreluches grisonnantes de poussière, la voisine, ses yeux ronds et vides, scrute le dehors, son ennemi depuis qu’ici elle vit recluse. De son dedans, elle épie le passant, le moindre bruit suspect : une portière qui claque trop violemment, une voiture qui démarre trop vite, le vrombissement de la mobylette du facteur qui est en retard ou le ballon du gamin qui rebondit sur le trottoir menaçant à chaque instant de briser une vitre.

En arrêt derrière sa fenêtre, un fauteuil confortable, télé7jeux et la télécommande, elle garde un œil suspect sur la vie du dehors. Car, elle, sa vie, c’est à l’intérieur que ça se passe, c’est dans la télé, Pernaut et les nouvelles qui mortifient. Alors, le dehors devient suspect, les gens du danger, les bruits quotidiens des alertes, c’est la vérité car ils le disent dans la lucarne. Tous les jours, tous ces drames, toutes ces agressions, toutes ces catastrophes, le monde est insécure et depuis qu’elle l’a compris, elle ne sort plus.

Elle est certaine que tous ces gens, là dans sa rue, peuvent à tout moment représenter un risque. C’est eux qui sont responsables de tout ce qui se passe dans le poste. Ils peuvent déborder, s’en prendre à elle, à son intégrité, à sa liberté d’être. Ils peuvent tout remettre en cause, s’introduire chez elle, la déposséder du peu qu’elle a réussi à obtenir. Alors il faut qu’elle veille, au plus prés d’eux sans se faire remarquer. Et là, à son poste d’observation, entre les mailles de son rideau jaunâtre, elle reste à l’affût, sur le pied de guerre, et qui croise un jour son regard le sait : mieux vaut ne pas s’aventurer trop prés. Ses yeux gros qui tournent semblant quitter leur orbite vous foudroient de peur. Les plis de son visage dans la pénombre vous transforment en enfant apeuré face à la vue de sa première sorcière. Ses dents qui sortent de sa bouche comme un cerbère montre ses crocs vous dissuadent pour toujours de longer ses murs.

Faudrait peut-être couper le fil de son antenne de télévision pour que quelque chose change.

illustration

12 commentaires:

  1. Finement observé comme d'habitude. Très réussi, je suis jaloux.

    SNAKE

    RépondreSupprimer
  2. Je crois qu'en province, c'est pire qu'à Paris. Je vais me faire chambrer pour opposer Paris et province :) Pernaut, je le verrai bien dans Scream4, mais sans masque, pas la peine.

    Snake

    RépondreSupprimer
  3. Snake > A Paris, elles ne regardent même plus par la fenêtre ! ;)

    RépondreSupprimer
  4. elle mettrait pas du vieux pain sur son balcon pour attirer les moineaux les pigeons ta voisine ? en tous cas on est loin de celles-ci : http://www.youtube.com/watch?v=H0Y_0VEwvGU

    RépondreSupprimer
  5. C'est aussi vieux que le monde, les femmes qui épient à la fenêtre en province. Je suis certain qu'il y en avait déjà au coin des cavernes de Dordogne, à surveiller les voisines pendant que leur homme peignait les parois…

    RépondreSupprimer
  6. C'est un choix de vie, je le dis sans ironie, j'aimerais être capable de le faire, je trouve que ces femmes ont un courage énorme, se poser, attendre sans prendre parti, observer, méditer, ne pas ajouter de désordre au monde, ne plus croire en la vanité, dans le paraître, se contenter de peu, une grille de mots croisés, les nouvelles télévisées chaque jour, le spectacle de la rue, oui ces personnes sont courageuses, davantage même, elles sont belles, magnifiques, ce sont des philosophes, des sages.

    RépondreSupprimer
  7. Philippe > oui, oui, elle vit sa vie par procuration mais je préfère bien les voisines aux voisins. :)

    le coucou > oui mais la chance, pas de TF1 dans la caverne ! :)

    Gilles > C'est une vision qui m'avait échappée, tu vois. Mais tu as peut-être raison. ;)

    RépondreSupprimer
  8. La vie du dedans, dans toute sa vacuité... Il faudrait la filmer et la faire passer dans sa lucarne... La pire vision d'horreur.

    RépondreSupprimer
  9. Pour suivre Gilles, n'avons-nous pas tous notre fenêtre intérieure derrière laquelle nous nous postons pour observer le monde, avec des rideaux plus ou moins opaques ou épais, qui deviennent les supports de nos récits?

    RépondreSupprimer
  10. Mlle d'enfer(t) > ah oui, c'est une idée, un effet miroir.

    Franck > oui bien sûr mais ça ne vaut que si on participe à ce monde.

    RépondreSupprimer
  11. elle a l'air très seule quand même...

    RépondreSupprimer
  12. Faut qu'elle fasse attention aux escarres...

    RépondreSupprimer