Contre-bas #VasesCommunicants

Raclements répétés, échos de pas incertains, des êtres arrivent. Planqués dans un trou dans la roche, Vautour et moi retenons notre souffre. C'était interdit de venir ici, mais plus morts que vifs, on t'a suivi. Vautour m'avait fait miroiter l'idée de dénicher un trésor caché dans les entrailles de cette grotte. Depuis nos sanglants triomphes, je brûlais d'envie d'un retour victorieux dans mon île, on avait gagné et mes mains sont vides. La gloire sans or, c'est de la merde. Donc on t'a suivi dans cette grotte. Noir, (noir), le molosse qui garde l'entrée a failli nous gnaquer. On a échappé à ses crocs infernaux. A pas de loup, longeant un fleuve vaseux, on est descendu derrière toi et les moutons emmenés pour les offrandes. Tu les as égorgés sans un bruit. Vautour a désigné une ombre assombrissant tout, précédant l'apparition d'êtres aux corps flous, créatures muettes, silhouettes désincarnées, une procession impalpable qui lentement te rejoint. Une odeur de souffre manque de nous faire tousser. D'où sortent-ils, d'où, de quelle galerie ?

Galerie, ah la galerie ! Pour l'épater, tu es prêt à tout comme d'habitude, là tu remplis des coupes du sang des moutons, les tends aux ombres flottantes. Les moins-qu’humains les portent à leurs lèvres bleuies. Plus ils boivent, plus leur apathie se dissout, l'air est moins âcre. D'autres encore boivent avidement. Ils se densifient, leurs (corps) se précisent, leurs contours gagnent en netteté. Le sang qui descend dans les gorges teinte leurs peaux livides. Les mains blanchâtres se déploient comme pour tirer des démons par la queue. Les visages s'animent, des sourires, de petites flammes allument leurs orbites creuses. Ça va vite, la vie, dans leurs veines à nouveau, palpitante.

Raclements internes qui mettent le feu à mes oreilles. Jusqu'à cette descente au fond de la terre, elles étaient en bonne santé et j'entendais bien. Vautour lâche que tu es le responsable qui empêche notre retour, que tu nous as dupé. Les êtres te parlent avec des voix caverneuses qui foutent les foies : - éclaire notre lanterne et les (vers), tire-les nous du nez ! Mais ils n'ont aucune lanterne et c'est bien de la vermine qui grouille dans leurs narines... Leurs phrases à double sens me désorientent. Vautour s'impatiente :- l'or, les émeraudes, les rubis nous attendent. Il pousse pour qu'on continue notre recherche sans que tu nous repères. Quelle errance de non-dupes !

Noir, le flux du fleuve qu'on longe. Vautour étouffe des ricanements, indique un trou qui débouche sur un gouffre plus infernal. Ce lieu est pavé de bonnes intentions et l'esprit de Vautour de mauvaises, je l'envoie au diable. Des reflets brillent au fond d'un gouffre, il les prend pour argent comptant, se penche, je frappe son dos. (Fort). Comme une pierre il tombe, je n'entends pas son cri. Ni le bruit de son crash, pas même un soupir final. C'est malin dans le fond qu'il meurt ici, son âme n'errera pas, vu qu'ici c'est bien sa place. Du gouffre, encore luminescent, un ectoplasme s'élève, frémit, flotte vers les ressuscités. Ceux qui t'entourent et discutent avec toi.



musique composition originale Michel Gaspérin, tous droits réservés.

François Bon Tiers Livre et Jérôme Denis Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : Le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. Beau programme qui a démarré le 3 juillet 2009 entre les deux sites, ainsi qu’entre Fenêtres / open space d’Anne Savelli et Liminaire de Pierre Ménard.

Si vous êtes tentés par l’aventure, faîtes le savoir sur le mur du groupe Facebook des vases communicants, que chacun puisse relayer les autres...

Aujourd'hui, je reçois le texte ci-dessus rédigé par Camille Philibert Rossignol. Mon texte en échange sur camillephi.blogspot.com

Les autres vases communicants d'octobre :

Naomi Fontaine et François Bon
Martine Sonnet
et Cécile Potier
Guillaume Vissac
et Benoît Vincent
Anne Savelli et Christopher Sélac
Danielle Masson et Justine Neubach
Jeanne et G@rp
Elise et Ana Nb
Flo H et Franck Queyraud
Céline Renoux et Christophe Grossi
Dominique Hassemann
et Piero Cohen-Hadria
Pierre Ménard
et Jacques Bon
Radio Marelle et Starsky
Candice Nguyen et Daniel Bourrion
Juliette Mezenc et Nicolas Bleusher
Isabelle Pariente-Butterlin et Laurent Margantin
Mahigan Lepage
et François Bonneau
l'autre je et G Balland
Christine Jeanney et Maryse Hache
Frédérique Martin et Francesco Pittau
Christine Zottele et Xavier Fisselier
Marie-Anne Paveau
et Jérôme Denis de Scriptopolis
Marlene Teyssedou Tissot
et Vincent
Christine Leininger
et Anne-Charlotte
Mu LM et Perrine Le Querrec
Pierre Chantelois et Brigitte Célérier


.