Sens dessus-dessous


Sur des cordes au soleil, sur des branches trop hautes ou près des radiateurs, à la vue, à la première vue de celui qui découvre, qui entrevoit inédites ces lingeries intimes, ces lignes en décoration de dessous chics. L’imagination part en vrille, d’un coup, dans la gêne des autres, de maman qu’on n’a jamais vue ainsi sous-vêtue. Et les amis autour qui ne peuvent se contenir de pouffer, un rire écrasé sur le corps qui accueille ces effets, petite culotte et soutien-gorge qui font rougir. Sens dessus-dessous. Comment ne pas voir sous-tendus des seins enrobés sous les bonnets, des mamelles nourricières qui soudain par la dentelle deviennent appareils sexués et comment ne pas lier leur rondeur maternelle où se lovaient jadis nos joues de bébé aux poitrines à peine saillantes de nos jeunes copines. Oui, en rire, de peur de trop en découvrir, trop tôt le corps pour en débusquer les essences, vaut mieux s’en amuser, les tirer en décroché pour, innocents garnements, jouer au lance-pierres. Sera bien temps de connaître les premiers émois les yeux rêveurs sur l’immaculé des déshabillées.
illustrations : Koomi Kim