Bombe



Bombe. Bombe le torse, toi, le gamin au regard qui fuit. Poitrine tendue, c’est poitrine qui dit Je suis. Dresse-toi au ciel, les astres à ta demande. Lève tes bras pour les toucher, le reste de ton corps suivra. Cambre l’échine, encore plus fort,  lance un appel à devenir plus grand.

Adopte. Adopte la posture des gagneurs, toi, le petit à la tête enfouie dans le cou.  Grandis. Grandis-toi, appuie sur la pointe de tes pieds au nez des brailleurs et au nombril du père qui gronde. Face aux autres, face à toi. Bouge les hanches, hausse les épaules, lève les yeux, élargis-toi. Sois hautain, toise pour mieux gagner. Gagne le minois des filles et ton regard fixera. Maîtrise ton corps, fais-en des tonnes pour masquer l’inflexible.

Dissimule. Cache ta différence, toi, le nabot chétif aux cheveux gras. Nivelle par le haut. Elève-toi, creuse ton ventre et fais saillir tes côtes. Saute sur tout et n’importe quoi. Sois conforme aux autres, fais le croire. Mais sois plus beau, plus fort, il le faut. Bats les plus adulés, c’est accessible. Ecrase-les, c’est ta survie. Va haut, plus haut. Bande tes muscles, ne fais pas marcher ta tête, sers-toi de ta bouche et de ton corps pour culbuter. Sois un homme fier. Bombe !

Et si un jour ça éclate, bombe encore et nie.

illustration : Josef Koudelka