On a tout dit

On a tout dit sur les matins, les levers de soleil en carte postale et la langueur des corps qui les regardent. On a tout dit sur nos matins chagrins de la veille l’oeil vissé sur la nuit incendiaire. On a tout dit sur nos mots échangés, nos haleines de poneys refoulées, le chewing-gum menthol pour goûter nos langues excitées. On a tout dit sur nos matins suants, les draps en boule au fond du lit, nos corps nus en appel d’eau. On a tout dit sur nos sourires au sortir du rêve, nos angoisses refoulées sous le traversin. On a tout dit sur le cendrier puant qui pleure à nos chevets, la bouteille de vin renversé sur la table et les draps maculés de nos ventres. On a tout dit sur nos têtes coincées dans l’étau de la nuit qui se regardent sans se voir, les pensées défendues sur nos bébés manqués. On a tout dit sur nos mains qui cherchent le chaud dans les plis et qui trouvent des creux dans des madeleines crevées. On a tout dit de l’amour qu’on n’a pas assez fait, des regrets muets que nos yeux s’échangent égarés. On a tout dit des secrets jamais révélés qui saignent entre nos dents de les avoir trop mâchés. On a tout dit de ces couches de suie que nos cœurs ont essuyé pour paraître plus fort et redorer nos blasons en épée. On a tout dit des fringues sur la descente de lit éparpillées, de nos sous-vêtements souillés par le stupre déversé. On a tout dit sur nos paroles d’amour renversées, leur saveur éculée à d’autres que nous mille fois répétées. On a tout dit sur les matins. Même qu’on aimerait recommencer.

3 commentaires:

  1. Ici aussi beau renversement
    puisque tout dément
    ce qui est répété sans cesse à travers la page
    (les mots répétés ne sont pas répétés)

    RépondreSupprimer
  2. C'est étonnant Luc que vous remarquiez sur les deux derniers textes, cette ambiguité. Ce que les mots disent avec leur sens et ce qu'ils portent comme sens inverse dans la complétude du texye. C'est troublant, parce que pour être tout à fait honnête, ce n'est pas voulu ; dans le sens où ce n'est pas conscient de ma part.

    RépondreSupprimer
  3. Ce serait conscient
    ce serait de la construction de l'esprit (non ?)
    là c'est de l'écriture avec tout l'être (euh ?)
    et j'apprécie.

    RépondreSupprimer