Moi la poésie, je ne sais pas ce que c’est

Moi la poésie, je ne sais pas ce que c’est*. Si c’est de l’offrande à mon esprit ou si elle est conçue pour me garnir le cœur. Elle est là, c’est tout. En plein dans ma vie, une présence qui vient chaque matin dans mes yeux s’invertir. Invertir car elle dénonce le reste. Ce reste qui pollue, ce reste qui pleut sur les joues et grêle les intestins. Ça tord dans le dedans et la poésie est le remède à cette inéquation que c'est que d’exister.

Moi la poésie, je ne sais pas ce que c’est. Je n’ai pas les bras pour la porter, ni l’intellect pour la juger. Je ne suis pas un puriste, ni un frimeur de la rime. La scansion n’est pas attention mais musique qui me meut. Je prends du Char ou du Miron au petit-déjeuner, du Malek Haddad entre les dents pour le goûter, les trempe dans le café sans les leurrer et j’ai le goût sucré des mots pour la journée. Elle me rend suffisamment existant et animé pour aimer la vie.

Moi la poésie, je ne sais pas ce que c’est. Elle traverse les interstices, se colle à mes synapses pour faire danser quelques renoncules en bulles dans mon cerveau. Le corps fleuri comme un gardénia au printemps, je prends la journée dans un sourire ou dans un fracas. Car du sourire se tire le beau à afficher et dans le chaos d’un Char ou la noirceur d’un Chessex, se crée le décalage entre l’être vivant que je suis et celui que je voudrais être mort. Elle porte mon visage haut de la douleur en héritage comme de la beauté des sauts de mots légers.

Moi la poésie, je ne sais pas ce que c’est. Elle me le rend bien. Elle ne sait pas qui je suis. Je ne suis qu’une paire d’yeux posée sur elle, une attention à la faire vivre. Elle, ne me voit pas. Rien de moi n’est poésie. Tout à faire pour le devenir. Je ne suis pas poète, elle le sait bien, elle qui tient en peu de vers toute la tension de mon corps et du monde qui le porte.

* « Moi la poésie, je ne sais pas ce que c’est. » Phrase volée dans Conversation 1 de Babx dans l’album Cristal automatique #1. A écouter à la fin de la vidéo ci-dessous.


commentaires