Morning à la fenêtre S05

Un oiseau huppé qui s'invite au milieu de la semaine, des retrouvailles avec l'envie puis l'attente en désir, l'apparition du décor de noël dans un état d'urgence, la digue qui se retire enfin dans ses quartiers d'hiver alors qu'il ne fait toujours pas froid, de forts sentiments qui masquent le regret sur une mer lisse et limpide en miroir.
C'est la cinquième semaine du « morning » par la fenêtre. Deux strophes de quatre vers avec la contrainte de terminer par un vers court, un ou deux mots. Chaque « poème » est publié sur les réseaux sociaux. Un par jour. Voici les sept jours de la semaine 5. Ça ira de semaine en semaine, de jour en jour, de matin en matin… et puis une nuit, ça s'arrêtera.


Jeudi 3 décembre

Un vanneau à la houppette
Fière garrotte une mouche
De son fin bec pour la noyer
Dans le marais et du jour fait
Un remous

Un vieux cormoran guette
L’oiseau hautain avec un
Rictus de moquerie bien-
Veillant et lui jette en joie
Nouvel appât



Vendredi 4 décembre

Un jour passé à croire
Que la nuit allait se rendre
A la mer d’huile et mourir
Sans rechigner mais l’aube
A menti

Les heures vives se murent
Dessinent des ronds dans
L’attente des retrouvailles
Qui sur la digue biseront
Des sourires




Samedi 5 décembre

Près de la grande digue
Deux galets font agapes
Dans l'abondance nue
D’un murmure sur l’onde
De mer

La ville coule son bout d’an
Caille la plage en pâmoison
Et tire les volets sur le sable
Gris en attendant la saison
Des cris



Dimanche 6 décembre

Au faîte de la toiture
Une gargouille à tête
De goéland lorgne l’é-
Paisse brume d’une nuit
De veille

Une guirlande bleu pétrole
Lui crie la disgrâce de l’an
Qui meurt dans un état
D’urgence dont personne
Ne veut



lundi 7 décembre 

La bouche de la nuit
Baise la vitre grêlée
D’une perle de pluie
Née d’un amour haché
De sanglots

La langue suit la route
Des mots sourds piégés
Dans la lande du manque
Où une main sème un buis
D’espoir

mardi 8 décembre 

Le bras de mer donne
Au balconnet souillé
Par une nuit de soute
Des apnées de pluie
Tiède

Les gouttes à la rampe
Glissent sous une brise
D’automne en manque
De tempérance normale
De saison




Mercredi 9 décembre

Couleur argent comptant
Sur nos regards miroirs
Pour la rendre belle mer
Elle oublie les ciels noirs
De corbeaux

Drap tendu sans fin
Où aucun pli ne vient
Rider nos faces de freux
Le large fixe les oiseaux
De malheur




_Palavas 05/12/15

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire