T'amie

Le soleil tend ses bras
Par la fenêtre et vient
Fendre le voile en deux
Sur la table en formica
Rouge où des miettes
De pains sautent telles
Des puces à ton visage
Couperosé

Le schlass signe le pain
D’une croix d’athée
Griffe le bois méla-
Miné et ta paluche
Happe la large miche
Qui doute craque
Se fend et la mie colle
Tes yeux

L’ombre étire le temps
Loin du pain réparti
Loin des années salies
Loin du repas où t’amie
Coule un rêve éveillé
Rivée sur la miette nue
Au centre d’une flaque
Rouge mal équarrie

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire