Au bouchon


J’ai ouvert la bouteille, Saint-Chinian en rouge
Ta terre est sortie des crevasses du temps
Sèche et âpre au bouchon, serrée dans le legs
Le liège s’est distendu, toi moi pris dans le goulot
Tu ne viendras plus
Sertir les flacons d’opercules
Porter les litres de mémoires
Vider la cuvée des soupirs
Alléger les humeurs tanniques
Tu ne viendras plus
Vider la bouteille en verres sans fin
Alors je saigne ta vigne, souvenir en coupe
D’une tache de vin séchée au buvard
Je bois de toi ce que je n’ai jamais eu


2 commentaires: