Carte de séjour #VasesCo - Luc Comeau-Montasse, @aunryz

Premier vendredi du mois, c'est jour de Vases Communicants. Je reçois Luc Comeau-Montasse. Luc, ce sont les mots liés (https://motslies.com) avec ses grilles infernales desquelles je n'arrive jamais à déchiffrer quoi que ce soit. Les mots et les citations sont glanés sur le web ou dans des livres, ; allez-y voir c'est coton ! Mais Luc, c'est aussi les décourcis de Lélio Lacaille (https://lelcaill.wordpress.com) parce qu'en plus de +Aunryz Tamel, Luc multiple les pseudos comme les lectures et relais de textes sur Twitter et Facebook. Il est également co-auteur avec Olivier Savignat de "l'ABCdaire des dieux anciens devenus humains" disponible en numérique chez QazaQ (http://www.qazaq.fr/pages/abcdaire-des-dieux-anciens-devenus-humainsolivier-savignat-et-luc-comeau-montasse/

Ci-dessous, son texte "Carte de séjour" sur le thème de "L'oiseau" qui nous réunit aujourd'hui. Ma participation est à lire ici > https://lelcaill.wordpress.com/christophe-sanchez-vase-communicant-de-juin/ Et la liste des autres vases communicants de juin se trouve là > http://lerendezvousdesvasescommunicants.blogspot.fr/2016/05/liste-des-vases-communicants-de-juin.html

*

CARTE DE SÉJOUR



Trois fois, j’ai délogé le nid en projet qu’ils avaient commencé à tresser et maçonner, dans la petite cavité où est logé le mécanisme des stores.
Déposé, à trois reprises, tout ce que j’avais recueilli en leur ébauche, de mousse, brins d’herbe, de petites fleurs séchées, délicatement, un peu plus loin, sur la pelouse du jardin. Une invite à se trouver un endroit moins périlleux pour y faire naître leur progéniture.

Trois fois, ils ont repris l’herbe, la mousse, les fleurettes et, avec une obstination que je ne connaissais pas aux mésanges, ont reconstruit, sans même qu’on s’en aperçoive, leur abri, au même endroit.

Passe encore pour le couple revenu dans la bouche d’aération du premier, et dont on entend piailler les petits dans le silence du bain.
Mais là, NON !
Renoncer à la pénombre du salon, lors des journées caniculaires de l’été ?

J’ai tenté de rassembler tout ce qui restait de ma cruauté d’enfant pour faire un sort au couple de volatiles qui dérangeait ainsi ma tranquillité. Ces indésirables qui, malgré ma prévenance et mes conseils, s’incrustaient. J’ai repassé dans ma tête les supplices infligés aux petits animaux lors de cet apprentissage des limites de la vie qui a fait de moi, quelques temps, un tortionnaire du vivant accessible…
En vain

Avec du journal, j’ai condamné les lieux. Pour nous, plus question de faire descendre le volet, mais à présent, impossible le squat !

Que je croyais.

C’est bien une courbe élégante, teintée de jaune qui vient de naitre sur la façade de la maison et s’est déployée au-dessus de ma tête.
Les murs de la maison étant parfaitement lisses, la seule possibilité …

Il est bien là, le logement douillé, collé contre le store. Le papier n’a fait que renforcer la sécurité des lieux et la protection du nid face aux coups de vent violents.

Pour cette année, vous avez gagné votre permis de séjour.

En courbe imprévisible
douceurs soyeuses
gazouillis entêtants
en rêve de ciel, de toucher de nuage
en vie sans âge
où s’oublie toute perte
tout mensonge
ici chez vous
mes anges.

2 commentaires:

  1. Un échange de bons procédés, un petit coin tranquille tapissé de mousse contre un chant sifflé offert en guise de réveille-matin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant pas trop de gazouillis
      la descendance est encore en projet
      mais le ballet des futures parents
      est joli à voir.

      Supprimer