Sur ta voix

19.8.17

La grand-voile qui barre l'horizon,
le voile sur le soleil et sur ta voix
chevrotante savent bien que l'été
saute à la mer pour s'y noyer.

On n'est pas obligés de le suivre.
On peut aussi se gratter la gorge,
laisser le vent dans tes cheveux
décider de notre ligne de fuite.

Dans le même tiroir

Dernière parution

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...