Google News Story 30/10/17

Prendre les cinq premiers titres du jour sur google news et tenter d’en faire une historiette.
Les titres du jour à 9h15 :

  • Le trouble du monde associatif et religieux musulman face à l'affaire Tariq Ramadan.
  • Réforme de l'université: vers une sélection qui ne dit pas son nom ?
  • La SNCF mise en cause dans l'accident du TGV d'Eckwersheim.
  • Haute-Saône: disparition inquiétante d'une joggeuse de 29 ans.
  • EN DIRECT - Le procès Merah à l'heure du réquisitoire.


GOOGLE NEWS STORY – 30/10/17


Alexia a chaussé ses baskets roses, mis son short noir et son gilet rouge. C’est samedi vers neuf heures qu’elle s’élance sur les bords de Saône pour son jogging matinal.
Il fait frais. C’est troublant cette fraîcheur soudaine alors qu’il y a encore quelques jours l’été semblait s’être installé jusqu’à noël. Elle a bien fait de prendre son gilet.

Quand même, c’est troublant, les jours qui défilent, les saisons qui s’empilent sans qu’on ne puisse rien y changer. Tout avance, pourtant Alexia a du mal à se retrouver dans ce mouvement.
Il n’y a personne sur la berge, des kilomètres de vide à perte de vue, personne d’autre qu’elle, qui court. Elle a le sentiment que c’est le paysage qui défile, que c’est le fleuve qui court à côté d’elle et non pas elle qui avance. C’est troublant. Un peu comme quand vous êtes dans une gare, installé dans un train, et que le train voisin démarre. A ce moment-là, vous avez l’impression que c’est le vôtre qui recule. C’est troublant comme elle a souvent l’impression de reculer.

Le monde est troublant en général, se dit-elle, tout en regardant l’eau du fleuve la dépasser. Chacun d’entre nous, enfermé dans sa sphère, subit le trouble des autres. Ces autres morceaux de vies, faits divers ou de société, tombent pêle-mêle sur les téléscripteurs modernes et forment ce grand fleuve vaseux.
La SNCF est mise en cause dans l’accident d’un TGV, c’est troublant. Tariq Ramadan crée le trouble dans sa propre communauté qui reste silencieuse, pétrifiée par le flot des révélations. L’université admet ses étudiants à partir de critères troublants ; certains y voient un nouveau barrage érigé sur le grand fleuve de l’éducation. Le frère de Mohammed Merah comparaît devant la justice pour un réquisitoire troublant, plusieurs années après le drame, comme si le temps n’avait pas avancé, comme si Abdelkader Merah avait pris place dans le train qui recule.

Alexia recule, Alexia court dans le vide, Alexia est sur le quai à regarder le train du fleuve qui ne s’arrête jamais.
Alexia ne reviendra pas de son jogging. A midi, samedi 28 octobre, son mari déclare sa disparition. Depuis, l’eau de la Saône est encore un peu plus trouble.

1 commentaires:

  1. Dans la lubrique à brac, on découvre, où fait mine de découvrir que la religion ne protège pas des pulsion. Caréme et ramadam jettent un voile hyp ocrite sur les pulsions répréhensibles des prédateurs et prédatrices...Des négligences de la SNCF, en passant par le procès Merah, frères, la disparition de cette jeune femme, rendent la vie duraille....L'amalgame des faits divers donne le sentiment qu'aucune voie n'est envisageable...Pourtant , il y a la condition humaine avec ses richesses et ses barbaries et le sociétal qui devrait être corrigeable..Mais la sélection universitaire ou autre élisent ceux qui vont faire tourner la machine, éliminent ceux qui pourraient développer d'autres valeurs et crier "au voleur!!!"

    RépondreSupprimer