Au fusain

Le vent secoue les ombres,
une main dans le dos du ciel,

dessine au fusain l’esquisse
d’une fosse où sombrera le jour,

tandis que l’autre main
porte la nuit jusqu’à toi

qui attend quelque miracle
derrière une fenêtre sans fin.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire