Google News Story 04/11/17

Prendre les cinq premiers titres du jour sur google news et tenter d’en faire une historiette.
Titres du jour à 9h40 :

  • Puigdemont, l'imprévisible président catalan "en exil" déconcerte.
  • Donald Trump se lance dans un périple de 10 jours en Asie.
  • Agressions sexuelles : la police de New York a « un vrai dossier » sur Weinstein
  • Fresnes: des dizaines de touristes asiatiques dépouillés devant leur hôtel.
  • États-Unis : Disney World se savait infesté d'alligators avant la mort d'un enfant.


GOOGLE NEWS STORY – 4 NOVEMBRE 2017


Un alligator dort paisiblement sur la plage artificielle d’un des nombreux lacs du gigantesque parc d’attractions Disney World. Mâchoires serrées, yeux renflés et ventre repu, l’animal émet un ronflement régulier. Autour du lac, quelques bambins s’animent, prennent des photos, sont excités et voudraient bien le toucher mais une pancarte l’interdit et les barrières érigées à dix mètres de la bête sont infranchissables.

Pendant ce temps, Donald Trump décolle pour une tournée de dix jours en Asie. Là-bas, l’attend le dossier explosif de la Corée du Nord, un vrai dossier à sa hauteur, pas comme dans son pays où les menues affaires sexuelles d’un magnat d’Hollywood lui passent au-dessus de la tête. Là-bas, c’est du lourd, du sérieux, mais les frontières y sont tout aussi infranchissables qu’à Disney World et ça, ça a le don d’irriter l’égo du président.
A bord d’Air Force One, installé dans son large fauteuil en cuir fauve, Donald s’est endormi. Il rêve de cette face jaune de Kim Jong-un. Il rêve d’approcher cette bête sanguinaire pour lui tordre le cou. Il n’en ferait qu’une bouchée.

L’alligator bouge une patte et c’est une nuée d’écrans de téléphones qui se lève pour filmer l’instant. Mais il ne fera plus aucun autre mouvement. Il dort et lui aussi semble rêver. De quoi peut bien rêver un alligator ?
A la liberté de retourner dans les marais sauvages, dans son pays d’origine comme Puigdemont rêve de mettre fin à son exil pour retourner dans sa Catalogne natale ? Ou bien rêve-t-il simplement d’aller sur l’autre rive dévorer les bambins, de parcourir ensuite les allées en rotant, de vider les hôtels de leurs occupants, de dépouiller tous ces touristes asiatiques avec leurs bagages en croco ?
Ou alors et c’est le plus plausible, un alligator n’est qu’une tête vide et ne rêve pas.

L’avion présidentiel atterrit à Séoul. Le président se réveille brusquement. Tout son corps est engourdi comme s’il venait de terminer un combat à mains nues. Sur le tarmac, les officiels sud-coréens l’attendent et dès qu’il franchit la porte de l’avion en dressant un poing conquérant au pays des Hans, c’est une nuée d’écrans de téléphones qui se lève pour filmer l’instant. 
Donald Trump descend lentement l’escalier en savourant sa toute puissance : « Je suis un vrai puissant, un vrai alligator, je vais tous les bouffer ! ».

2 commentaires:

  1. Christophe,
    Vous vous êtes lancé dans un jeu amusant. Toute la difficulté est de faire en sorte que ce ne soit pas les contraintes qui façonnent le récit mais que ce soit ce dernier qui les ingèrent avec pertinence et concision.

    RépondreSupprimer