Avouer aux oiseaux

21.10.18

L’œil agacé par le soleil
tourne autour d’une idée folle.

La pensée parle trop haut,
divague puis perd l’écume.

Bien que les apparences
et mon corps soient contre moi,

il faut bien avouer aux oiseaux
qu’ici je travaille à m’oublier.

Dans le même tiroir

S'abonner par email