Intimité

6.10.18

Je regarde le soir
retirer ses guenilles.

Comme il se défroque
laissant la peau du ciel nue.

Sans honte le voilà
par-dessus un nuage,

comme un diable agrippé
aux cheveux de la nuit.

Le reste appartient aux ombres
qu’il vaut mieux laisser seules.

Dans le même tiroir

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...