Crime du petit jour

3.7.20

Le soleil rase les toitures de zinc,
la ville étire ses longues jambes. 

Derrière un mur, quelqu’un regarde
ce ciel de plomb comme s’il allait flamber. 

L’heure a beau faire la belle,
l’angoisse fait son train. 

Tapi sous l’ombre des grandes tours,

quelqu’un racle sa gorge,
l’œil fendu face au crime du petit jour.

Dans le même tiroir

NOUVEAU

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...