Le voyageur de couleurs

Il passait tous les premiers samedis du mois. Il devait se dire, en tant que bon professionnel, que le pouvoir d’achat du foyer serait plus important en début qu’en fin de mois et il avait raison. Il était grand, la cinquantaine, une barbichette bien taillée, un costume en velours côtelé pour l’hiver et un pantalon flanelle agrémenté d’une chemisette de couleurs vives pour la belle saison. Pour ma mère, il incarnait l’élégance, la bonne éducation et la réussite.

Comme d’habitude, il stationnait sa berline de fonction rutilante tout prés de la porte d'entrée et sortait du coffre deux grosses mallettes noires flanquées d’un imposant logo : Solfin. Ce voyageur de commerce en textiles bigarrés pouvait désormais entrer dans notre intimité et nous vantait tous les mérites de ses produits. Il s’installait dans le salon et déballait les nouveautés du mois sous les yeux perplexes de maman. Il était doux, charmeur, envoûtant et je savais que, malgré sa résistance, elle allait craquer et lui lâcher quelques centaines de francs.

J’étais toujours convié à ce cérémonial mensuel. J’aimais bien M. Solfin car, non seulement, j’avais le droit de choisir quelques polos imitation Lacoste mais surtout, durant quelques précieuses minutes, tout en faisant son commerce, il redonnait à maman quelques couleurs et sourires que je ne voyais guère le reste du mois.


13 commentaires:

  1. C' est un très joli souvenir que tu avais relaté là. Des couleurs, il y en a de très chaudes chez les Nouveaux Mondes...

    RépondreSupprimer
  2. Toujours beaucoup d'émotion et de tendresse quand tu évoques ta maman...ça pique un peu les yeux mais ça fait tout doux dans le cœur...

    En ce qui concerne les Monsieur Solfin, je crois que nous, les quadragénaires (j'en profite, je ne le serai plus dans ...ans!) nous en avons tous connu au moins un, et c'est vrai qu'on les aimait bien...

    RépondreSupprimer
  3. des mots à la couleur d'un autre temps, sans demi-teinte, de jolies variations

    RépondreSupprimer
  4. très joli souvenir que tu partages là...
    J'ai toujours été admirative de ces representants de commerce et de leur infatigable bonne humeur...

    RépondreSupprimer
  5. @_arf_ Un bonjour du samedi matin ! (-; J'ai aimé "Le voyageur des couleurs"...4 mots qui constituent une histoire à eux seuls !

    RépondreSupprimer
  6. Hervé > ah oui, j'ai vu. Tu fais dans le torride de saison. :)

    Epamin' > Oui, je l'aimais bien m'sieu Solfin. Je rageais contre son sourire commercial mais comme il faisait plaisir à Maman, j'excusais sa part de cynisme.

    Jeanne > dis donc, d'un autre temps ! c'est pas si vieux que ça quand même. hm... oui, 25 ans... Ok, c'est vieux à l'échelle de ton âge.

    Mu Lm > bonne humeur de façade, sourire mercantile mais il était un rayon de soleil.

    Lusoncle > je me suis permis d'importer ton tweet parce qu'il est bien sympa. Merci à toi.


    ---

    oyé oyé braves blogueurs,
    me voilà parti pour 15 jours à ne rien faire,
    et je vais le faire bien.
    le bon week-end à vous !
    :)

    ---

    RépondreSupprimer
  7. des petits moments attendus qui sortent du quotidien

    bonjour ici :)

    RépondreSupprimer
  8. @_arf_ Merci ! (-; Sans l'ombre pas de profondeur/perspective...au propre comme au figuré...voyageur de pigments (-;

    RépondreSupprimer
  9. je n'ai jamais évoqué le vieux.. si ?
    juste que ces messieurs Solfin ont disparu depuis..
    et l'autre temps.. m'évoque juste un côté sepia, des instants d'ailleurs..

    RépondreSupprimer
  10. voilà, je le dis, je préfère ce fond gris
    mais ce que je trouve génial: ces liens type pop-up!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    tu me diras: et mon billet??? une mélancolie aigre-douce dont j'ai apprécié la "relecture".
    Bisous le vacancier

    RépondreSupprimer
  11. Aniloise > bonjour là bas, mam'zelle !

    lusoncle > je me répète : quel poète !

    Jeanne > oui, c'est ça, raccroche toi aux branches. :)

    Sylvie > oui, t'as vu, le pop-up. C'est bien sympa ce binz.

    RépondreSupprimer
  12. Tout un univers qui n'existait pas à Paris (à part le vendeur de tapis qui n'a jamais eu aucun succès).

    RépondreSupprimer