A la croisée des univers

Une des particularités remarquables des blogs reste la croisée des univers.
Qui publie ses frasques affectives, qui chronique la vie politique, sociale, économique, qui raconte la vie de chien de son chat, qui ironise et met en scène avec brio et humour nos travers contemporains. Bref, une multitude illimitée de blogueurs pour une représentation non exhaustive de nos jardins personnels.

Tout le monde est unique, chacun est multiple.
De l’exaltation à l’empathie jusqu’à la sympathie voire l’amitié, la passion m’emporte. Parfois même au détour de rencontres « in real life », la croisée ravive d’autres sens, le toucher, l’odorat et autres phéromones imperceptibles dans mon monde parallèle. C’est bien. Ceci me rappelle que j’existe, que je suis aussi doté d’autres sensations que la vue et l’ouïe. En revanche, l’approche se fait plus délicate et moins expressive. Elle demeure dans le non-dit, le sous-entendu. Il me manque le maillon lexical de l’écriture (et donc de la lecture).

J’ai croisé hier soir une nouvelle histoire dure et douce à la fois, fragile et romanesque. Une chronique de plus dans mon univers friand d’authenticité, avide de sensibilités et d’intelligence de vie. Je n’ai pu m’empêcher de préconiser l’écriture comme exécutoire au traumatisme flou que ce scénario me prescrivait.

Ecrire et publier dans un blog, un journal à l’extime de soi.
Plusieurs objections m’ont été renvoyées. De la pudeur à se dévoiler au manque de confiance en soi en passant par le besoin de rester cacher, les raisons de ne pas faire sont nombreuses. Elles restent légitimes mais lorsqu’une vie aussi dramatique soit-elle contient autant de stigmates universels, l’histoire même fragmentée, même édulcorée mérite d’être partagée. Il ne s’agit pas de faire des publications malsaines mais juste faire part aux autres et à soi d’une envie de reconnaissance et d’échanges avec les lecteurs sur des destins définitivement globaux.

J’en suis d’autant plus convaincu que ce média m’apporte tous les jours un des ingrédients qui donne plus de sens à ma vie.

13 commentaires:

  1. écrire ...
    écrire, toute sa vie, ça apprend à écrire :
    ça ne sauve de rien ...

    la mère DURAS

    ,O)

    RépondreSupprimer
  2. Il est interdit de faire une faute en écrivant l'URL de mon blog, bordel.

    RépondreSupprimer
  3. Il me touche beaucoup ce billet...

    RépondreSupprimer
  4. La multitude dans la solitude.
    Tout est possible pourvue qu'on en dépasse les limites et que l'outils ne devienne pas le maître...
    Si j'avais un marteau :-)

    RépondreSupprimer
  5. Mr M > Elle a raison la mère Duras mais il ne s'agit pas de se sauver. De toute façon, on est tous foutu dés le départ.

    Nicolas > Oh! bon de toute façon, t'as pas besoin de mes liens. The king of pop est mort ! Vive The King of Wikio !

    FalconHill > L'histoire m'a beaucoup touché aussi.

    ≈≈≈ Exact, s'en servir à bon escient sans abuser. hm...


    ---
    Hello les gens qui fut-il'lisent !
    la bonne après-midi/soirée à vous
    :)
    ---

    RépondreSupprimer
  6. Cultiver son jardin, son jardin personnel, devenu immatériel ? Donc nous blogguons… La chose que je comprends mal c'est le rapport que nous entretenons à la mise en scène de nous et à l'espace public. Pourquoi penses-tu que nous ayons besoin de publier ? C'est la chose que je n'ai pas encore vraiment élucidée pour moi. Ce n'est évidemment pas un reproche ! J'aime bien passer de lire. (Isa, qui a la flemme de se créer un compte google)

    RépondreSupprimer
  7. Merci vraiment pour ce billet très intéressant (comme d'hab!)et très émouvant dans lequel tu nous em-brasse tous,...
    Beaucoup beaucoup d'idées me viennent à la lecture de ton texte. J'en choisis une: ma vie n'a pas été un long fleuve tranquille, loin de là et je me demande si, dans les moments les plus terribles, j'aurais tenu un blog pour raconter mes souffrances... No se!

    RépondreSupprimer
  8. écrire pour apprendre à écrire
    mise en scène de notre vie
    mise en rêve de nos souffrances
    mise en page de nos dire
    mise en image de nos voir et de nos sentir
    un blog c'est ce que tu dis avec beaucoup d'acuité et ce que les notes complètent.

    RépondreSupprimer
  9. wé, nan ...
    y a rien à sauver !

    ,O)

    la zik ...
    j'l'aime bien mais je vais la changer
    ( j'ai des envies génocidiennes en l'écoutant )

    -O)

    RépondreSupprimer
  10. Isa > Besoin de publier, pour partager, pour exacerber son égo, pour un besoin de reconnaissance. Bref, pour exister ailleurs que dans nos petites vies étriquées. Oui, simplement après par plaisir d'écrire, de voir, d'écouter.

    Philippe > oui, moi aussi suis d'accord avec moi.

    Epamin' >Tu aurais tenu un blog, à ne pas en douter une seconde.

    Bulle > Share, share, share. ! :)

    Sylvie > Et que les notes complétent... exact, souvent tout se passe dans les commentaires.

    Mr M > génocidiennes. Tu peux commencer par éradiquer les belges steuplé ? Surtout, les chevelus de dos imberbes. :))


    ---
    bonjour vous et les autres de la planète qui tient dans un écran.
    ---

    RépondreSupprimer
  11. Voilà donc la méthode arf pour prendre le contrôle de sa vie :)
    J'ai longtemps navigué sur les blogs en anglais, c'était parfois extraordinaire, parfois trash.

    RépondreSupprimer