Cogito ergo sum

cogito ergo sum - arf Quand arrive le moment de choisir, en réunion avec moi-même, je discute. Je me cause grave, je me vilipende sévère. Puis, au fil d’introspections réelles qui tournent rapidement au fictif, je décide malgré moi. Plus tard, apparaissent confusions en tout genre. Souvent, il s’avère que la décision m’échappe comme si elle avait été prise par un « sur-moi », voire un autre « moi » qui m’est étranger. Soit, je diligente allègrement afin de pousser ainsi le jugement hors de moi, soit, j’use de ma volubilité pour donner justification à mes propos.

Bref, de mon chef ou pas, une décision est une décision, peu importe si elle m’incombe vraiment dans la mesure où je la rends publique. Le problème se complique lorsque le verdict, pourtant unanime (moi et moi s'étant longuement concertés), n’est pas suivi de faits tangibles qui corroboreraient choix et actions. Je m’explique. J’acte puis, je nie avoir acté. Pire, j’argumente pour que de façon intellectuelle et cartésienne mon choix soit indéniable, indiscutable et irrémédiable ; puis, quelques jours plus tard, je trouve les mêmes arguments amenant à réduire en miettes le raisonnement précédent. Il en découle une décision inverse, à prendre ou à laisser. Les deux devenant plausibles, je ne tranche pas.

Le seul fait indiscutable : obsédant et inconstant se retrouvent mes deux participes constamment présents.

Cogito déjà secoué et publié le 1er février 09
Illustration

 

25 commentaires:

  1. Non tantum cogitas sed etiam alter ego tuus cogitat...
    Si mes souvenirs sont exacts ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Le choix de la photo est particulièrement bien choisi.

    RépondreSupprimer
  3. Epamin' > là, tu viens d'atteindre mes limites latines ! :)

    Blog cadeau > et bien, merci...

    RépondreSupprimer
  4. Être plusieurs peu avoir quelques avantages...
    As-tu déjà demandé à un électricien d'installer un interrupteur ?
    A droite c'est toi qui parle et à gauche, heu... c'est toi qui parle.
    Mais, je parle avec qui là, maintenant ?

    RépondreSupprimer
  5. moi, souvent, c'est le mojito ergo sum !

    pour le reste,
    je ne sais jamais auquel
    de mes plusieurs
    je peux confiance

    -O)

    RépondreSupprimer
  6. * faire confiance !

    5h47, ça explique
    un peu

    RépondreSupprimer
  7. *tu ne penses pas seulement, c'est aussi toi qui pense.... (traduction libre de droits)

    ça m'arrive aussi: ça m'épate toujours ce tout et son contraire..

    RépondreSupprimer
  8. Cat > oui, à force de va-et-vient ça disjoncte parfois. Pas assez d'ans père peut être !

    Mr M > ah oui mojitons tiens !

    Sylvie > Je ne pense pas seulement, c'est moi aussi qui pense ! houlà, me fait un noeud au cervelet gauche ce truc !

    RépondreSupprimer
  9. Ce qui prouve que tu n'es pas obtus ! qu'outre ton cerveau tu te sers de celui des autres... tu analyses la situation dans tous les angles !
    c'est pour celà d'ailleurs que certaines grandes décisions sont prises à plusieur !
    En tout cas j'ai toujours autant de plaisir à te lire :-)
    Marlène

    RépondreSupprimer
  10. J'ai oublié de rajouter comme disait Descartes " la seule chose dont on est sûr c'est de la pensée qui doute" :-)
    re Marlène

    RépondreSupprimer
  11. j'aime "inconstant"

    parce que ça donne toute le saveur.

    RépondreSupprimer
  12. Aimer le bOss, wé : et c'est déjà prendre la route, même sans les bottes ...
    Tu vois, les 40 ans me ramènent à mes premières amours... et j'ai acheté THE blouson pour écouter à donf !!!
    :-)

    RépondreSupprimer
  13. Marlène > oui, c'est ce que j'appelle la nuance mais lorsqu'elle est poussée à l'extrême et que l'avis de l'autre est tout aussi valable tant soit peu qu'on se positionne à sa place, ça devient vite insupportable voire insurmontable. Bref, la citation situe bien que la nuance amène au doute. Merci...

    Manue > un saveur, oui, tant soit peu qu'on se décale pour mieux se voir. :)
    Quant au boss, une carrière aussi linéaire et magistrale en bravant toutes les modes inspire un profond respect. De là à acheter le blouson !!! :)

    RépondreSupprimer
  14. Je ne sais pas quoi dire.. ou bien j'en dirai trop.. :)
    Sinon, tu fais "le fille" là :) Tu te prends la tête.. :) Mais j'aime...

    RépondreSupprimer
  15. Je trouve la photo géniale avec le texte !!

    RépondreSupprimer
  16. Elle > et oui, je suis UN fille souvent :)

    RépondreSupprimer
  17. et l'inconstance n'est pas toujours un défaut.. trouver que l'envers est tout aussi légitime que l'endroit, c'est faire preuve d'une grande ouverture d'esprit !
    tu dois bien être 1 fille donc.. ;)

    RépondreSupprimer
  18. Babel > hohé ça suffit ! suis pas UN fille en fait mais UNE mec avec des grosses .... angoisses. héhé :)

    RépondreSupprimer
  19. Moi je le trouve louche ce moi qui critique le "sur-moi". Tu as bien raison de laisser les "moi" en concurrence.

    SNAKE

    NB : Incroyable, on ne peut plus copier un bout de texte et le coller pour commentaire. On paie pour les méthodes imbéciles des hackers.

    RépondreSupprimer
  20. Snake > non, c'est un bug blogger assez fréquent. Ce n'est pas voulu. Si c'est le cas, c'est louche...

    RépondreSupprimer
  21. Et encore... Imagine si vous étiez trois!

    RépondreSupprimer
  22. Dési > oh mais parfois, je suis bien plus nombreux, un troupeau de n'arfs dans ma tête !

    RépondreSupprimer
  23. C'est apparemment très conscient, le processus décrit... mais on m'a expliqué que l'apparente conscience serait le piège que tend l'inconscient pour se défiler à la conscience... que l'inconscient est volatile... volatile... ça me rappelle quelque chose... peut être un précédent billet.Pas de quoi en faire un fromage... je préfère 'le lendemain', dont la forme -percutante- m'intéresse à un fond que je contesterais si la discussion était engagée.

    RépondreSupprimer
  24. Jean Baptiste > Déceler l'inconscient du conscient relève du défi qui, d'après moi, est perdu d'avance. Quand on cause inconscient, c'est déjà qu'on le conscientise non ? Quant au lendemain, dans le fond, c'est juste un peu le blues des fêtes... Merci de votre passage ici.

    RépondreSupprimer