De rien, je fais des souvenirs

De rien, je fais des souvenirs. Me voilà face à un étrange tumulte cérébral qui ébranle, paraît-il, tout bon quadra qui se respecte. Voilà quelques mois, quelques années peut-être, que je fouille mon passé tel l’archéologue à la recherche des vestiges de ses souvenirs.

Et je me retrouve ici sur ma terre de fouille, les bras ballants, planté devant quelques chroniques imparfaites. Emiettées dans des bribes de mots tempérés et troublés par un présent inquisiteur, elles demeurent vagues et incomplètes comme si l’affection qui devait les unir n’existait pas. Finalement, je ne sais qu’en faire. Je tourne en rond, focalise sur des anecdotes trop ordinaires pour en développer le sens avec le secret espoir d’y trouver une substantifique moelle. Mais je ne fais que détourner la forme en me dupant sur la pertinence ou la corrélation psychique qu’elles devraient contenir.

Fut-il ? Certainement. De ce passé voilé, je ne peux me désunir du savoir comme du comprendre. Au travers du petit garçon puis du jeune freluquet jusqu’à l’adulte révélé, je tente une trame assemblée de liens vigoureux qui donnerait in fine une trace lisible au cheminement de ma vie. Puis, je m’arrête. Esthète en turpitudes, je m’encourage à cesser tergiversations et sollicitudes excessives sur un passé révolu, mort, vide, inextinguible.

Aujourd’hui c’est comme ça. Demain, de tout, je ferai des futurs.

Illustration

24 commentaires:

  1. Les quadras sont ébranlés, les quinquas aussi, les sexas pareil, etc. Il n'y a que les morts qui soient sans tumulte: juste du vent ou de la terre à la place du cerveau.

    RépondreSupprimer
  2. Exact, Le coucou, c'est aussi ça qui pimente nos vies ! :)

    RépondreSupprimer
  3. On est contemporain, t'sé.. alors tu échotes un max dans ma tête...
    =)

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Je le trouve très beau ce texte qui fait le IL...

    (juste, j'ai effacé pour corriger une faute :-)

    RépondreSupprimer
  6. Manue > hého, hého, hého fait l'écho des quadras en quarantaine de recherche de soi ! :)

    Dési > Qui fait le IL ou le JE ?

    RépondreSupprimer
  7. c'est la mi-chemin. L'occasion de se retourner avant de faire à nouveau la route

    RépondreSupprimer
  8. Remous
    Inoubliables
    Exhumer
    Néantiser

    Bises Anna

    RépondreSupprimer
  9. Tant et trop de tumulte et de cahots (voire de chaos) dans certains chapitres de mon passé pour me pourrir le présent: je vis et ça me convient...

    Fais-toi de bons souvenirs, Arf! Sois le plus heureux possible aujourd'hui et demain!

    RépondreSupprimer
  10. Ta terre de fouille... Allongé sur le sol aride de la vigne, regardant le raisin mûrir.. Les yeux vagabondant vers la "femme allongée".. Qui dit que c'était vide de sens ?
    J'aime.

    RépondreSupprimer
  11. Philippe > Mi-chemin ? Mais dis-donc, j'espère vivre au delà de 80 ans moi !! Quoique !

    Anna > Néantiser ? tiens ?

    Epamin' > Merci épamin' ! J'y travaille mine de rien. :)

    Homer > Oui, aussi beau qu'un donut !

    Colombine > ah oui, c'est vrai ! me donne une idée de prochain billet ça. Mes vagabondages dans les vignobles paternels ! :)

    RépondreSupprimer
  12. Rassurez-vous, vous n'êtes pas tout seul !

    RépondreSupprimer
  13. Quadra ? Vous n'exagèreriez pas, des fois ?

    RépondreSupprimer
  14. lautreje > Je m'en doute mais ça n'enlève en rien la nébulosité de ces moments.

    Frédérique > ben non, j'ai bien quarante ans. La preuve vous me vouvoyez !

    RépondreSupprimer
  15. Rien à voir avec l'âge. Le voussoiement, c'est presque une attitude d'un autre âge, j'aime bien, d'autant que le tutoiement ne garantit pas l'intimité. J'ai eu un ami trés proche, qui avait vingt ans de plus que moi, non seulement on se voussoyait, mais je l'appelais par son nom de famille. Voyez un peu ! Ceci dit on peut tenter le tu... je ne garantis rien.
    Je vous classais plutôt dans la tranche des trentenaires, faut que je réajuste :0)

    RépondreSupprimer
  16. Va pour le voussoiement ! Par contre, je ne garantis pas quelques tutoiements égarés. (dit-on tussoiements ?) Sur le web, j'en ai pris l'habitude alors que dans la vie réelle, il ne me vient pas facilment. Va comprendre ! Pardon ! ALLEZ comprendre !

    RépondreSupprimer
  17. tu rigoles ou quoi !
    ça fait une semaine
    que j'ai repris le boulot

    à "carnaval", en gelbie,
    y a qu'une petite semaine
    de rien faire

    -O)

    RépondreSupprimer
  18. Le plus dur, c'est de traduire les inscriptions qu'on trouve dans les recoins de son cerveau. Les souvenirs de jeunesse sont-ils traduisibles ? (Je pense à AREUH, ABEUH, WWWAAAA, )

    SNAKE

    RépondreSupprimer
  19. Oui, c'est traduisible :

    - AREUH = Je suis content et je vais vomir pour te le prouver.
    - ABEUH = ayé, j'ai vomi
    - WWWWWAAAA = Quel beau vomi !

    :)

    RépondreSupprimer
  20. Là, chapeau Mr Arf ! Beau retour de volée ! (bien que je ne joue pas au tennis)

    SNAKE

    RépondreSupprimer
  21. Bien sur qu'il y a l'ici et maintenant...
    mais je conjuge aussi parfois le là-bas et hier et aussi l'ailleurs et demain.
    l'ailleurs est demain...
    Bonne soirée Mr Arf. JF

    RépondreSupprimer
  22. Et le pire, c'est quand on rêve, et qu'on arrive pas à déterminer si c'est vraiment un rêve ou un souvenir enfoui qui vient de se déterrer

    RépondreSupprimer