Me voir dans un abysse.

image M’est venue l’idée grotesque d’un œil, le mien, sorti de son orbite, toujours relié à de supposés longs nerfs optiques pantelants. Juste extrait de sa cavité à l’aide d’une petite cuillère. Le tiendrais pressé du bout de mes doigts - corps spongieux, ovoïde et sanglant - comme une petite caméra directement reliée à mon cerveau. Le manipulerais avec soin, le ferais tourner à 360*. Espion, il fourragerait partout, distinguerait des recoins inattendus, capable de voir l’infiniment petit grâce à un angle de vue jusqu’alors impossible. Zoom au possible, flou novateur. Hormis la vision atroce d’une telle mutilation, quelle image m’offrirait cet œil dégoupillé ? D’autant que son voisin toujours en activité dans son creux, bien en place sur ma face, conserverait son droit optique et me renverrait une image ordinaire, à peine serait-elle tronqué de moitié ; alors que l’autre proposerait mon portrait comme quelconque miroir le refléterait. Mise en abîme effroyable, verrais mes doigts tenir un œil sanglant tandis que, simultanéité de vue, se projetterait dans mes synapses remuées un faciès horrifié par un globule à la pupille dilatée. Miscellanées psychiques inimaginables pour une image gouffre. Et les canaux visuels de s’emmêler les veinettes, l’œil au bout de mes doigts, comme me voir dans un abysse.

Illustration

22 commentaires:

  1. Tiens, la dernière fois que j'ai vu un oeil pareil, je crois bien que c'était dans "La cité des enfants perdus", mais pas sûr ; en tout cas, toujours aussi 'visuel' ce que tu écris. Mais entre nous je n'aimerais pas être un de tes yeux. Bing ':) Ouille !:) Aïe -( ! ChG, depuis Montreuil.

    RépondreSupprimer
  2. une façon originale d'essayer de se voir soi-même (voui, je veux du redondant)

    RépondreSupprimer
  3. Christophe > Ah oui, "la cité des enfants perdus", ça doit être de là que je sors cette idée saugrenue !

    Sylvie > ou même de l'intérieur va savoir si on applique l'œil sur l'orbite béante.

    RépondreSupprimer
  4. ça gratte deriière l'orbite, ça ...
    d'ailleurs, as-tu déjà ressenti cette étrange sensation, cette démangeaison derrière l'oeil? ... ça me le fait lorsque j'entends la voix de certaines personnes .. Et là, rien à faire.. tu peux pas gratter, tu subis, quoi ...
    tiens : des biz !

    RépondreSupprimer
  5. Belle description d'une intime apocalypse ... je vois tout à fait !
    (il déchire ce texte!)

    RépondreSupprimer
  6. Mise en orbite autour de soi... de quoi avoir le tournis. Perso, je préfère rester dans mes cavités oculaires, quitte à ne pas voir mes détails de près !

    RépondreSupprimer
  7. Manue > ah oui, tu veux dire quand quelqu'un te sort par les yeux ! :) des biz itoo

    Kouki > oui, tempête sous un crâne ou apocalypse now du cervelet !

    Virginie > oui, moi aussi, je ne suis pas aussi inquisiteur de moi-même que ça... hum... quoique...

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    pour un maniement plus aisé, je te conseille une greffe de l'oeil au bout du doigt, le majeur de préférence, pour garder la fonction de pince de la main. Et pour éviter l'étirement du nerf optique, mise en place d'une carte wifi...
    :))
    Un mélange du film d'horreur et de la série télé des années 70, on pourra presque t'appeler "Steve Austin". Si je me souvient bien, il avait un super-zoom dans l'oeil. :))

    RépondreSupprimer
  9. l'œi était dans la tombe et regardait l'œil était dans la tombe et regardait l'œil était dans la tombe et regardait

    RépondreSupprimer
  10. mélodie > ah oui, l'homme qui valait trois milliards ! :)

    Arnaud >. Voilà, et ainsi de suite, et jamais ne meurt...

    RépondreSupprimer
  11. N'est-ce pas ce que tu fais quand tu écris que d'aller foutre ton oeil partout ?

    RépondreSupprimer
  12. cortisone > voilà seul dans l'oeil du cyclone....

    Gilles > oui, et mon œil, et mon nez z'aussi.

    RépondreSupprimer
  13. Sadique! Tu poses des images sur les impressions qu'arrive à coller une bonne sinusite! La prochaine fois, je vais penser à ton texte, et pas sûr que ce soit apaisant.

    RépondreSupprimer
  14. hop, désolé, Le coucou pas fait exprès ! :)

    RépondreSupprimer
  15. Me faites retourner en enfance, images abominables (guerre du Koweït, "reportages" avec leur cortège de récits racoleurs, dont celui de l'énucléation oculaire - à la petite cuillère - d'un civil) comme désirs omnipotents (fantasme fou et autocratique de vouloir tout voir et tout percevoir) (ça, et les cheveux magiques... Heureusement qu'on grandit, parfois)

    RépondreSupprimer
  16. Mlle d'enfer(t) > Je vois bien (^^) la guerre du Koweït mais les cheveux magiques ?

    RépondreSupprimer
  17. Les cheveux magiques? Eh bien, et là vous saisirez toute la futilité qui me caractérise, je rêvais étant enfant (mais pas seulement) d'avoir la capacité de modifier la longueur, la nature et la couleur de mes cheveux par la force de ma pensée. J'ai bien réussi à passer par le noir, le blond ou le rouge, mais ça, je le devais au coiffeur... :)

    RépondreSupprimer
  18. Poussons alors encore la rêverie et comme dans le film avatar, connectons nos cheveux au cheval volant pour le guider par nos pensées. :)

    RépondreSupprimer
  19. Pire que moi ! J'ai un frère à qui c'est arrivé vraiment au ski, il a fallu le replacer, sans dommage heureusement. Plus horrible : c'était une des horreurs préférées des allemands pendant la guerre, dans certains interrogatoires.

    Snake

    RépondreSupprimer