Ma voisine

image Ma voisine était aussi ma bonne copine. Une fille pas comme les autres, une petite tête châtain avec des taches de rousseur, des cheveux courts et toujours vêtue de jeans larges et chaussée de baskets. Nous jouions souvent ensemble, aux cowboys et aux indiens, elle aimait aussi parcourir le quai prés de la rivière en skate-board ou en pantins à roulettes. Rien ne lui faisait peur à Brigitte, un vrai garçon manqué.

Je l’invitais souvent à dormir à la maison, le mardi soir ou les weekends. Mais Brigitte ne me conviait jamais chez elle, ses parents ne voulaient pas. Tu peux inviter des filles si tu veux mais pas un garçon, disaient-ils. Pour moi, et mes parents l’avaient compris, Brigitte était un copain, comme un autre, comme un garçon, je ne faisais aucune différence. Jusqu’à ce mardi soir, je me rappelle, c’était en hiver.

Nous étions si proches que nous prenions notre bain ensemble. Mes parents n’étaient pas fortunés mais nous avions le privilège d’avoir une baignoire sabot : la moitié d’une vraie baignoire avec un large rebord en guise d’assise et un rideau à fleurs pour pouvoir aussi prendre des douches. Ce soir là, le froid piquait au dehors. Et dans la salle de bains que mes parents ne chauffaient jamais, on se déshabilla en poussant des cris stridents. A chaque vêtement retiré, le froid nous transperçait davantage. Si bien qu’une fois nus comme des vers, nous n’étions plus que deux congères recroquevillées. Je me glissai le premier derrière le rideau et j’ouvris le robinet.

L’eau coula d’abord comme si elle avait arpenté les couloirs d’un glacier. Brigitte me rejoignit transie et poussa un cri d’horreur dés que son pied effleura le fond gelé de la baignoire. Elle s’enroula rapidement dans le rideau dans l’attente d’une température plus clémente. Quelques secondes de coulée et l’eau se mit à cracher une pluie brûlante. La vapeur nous envahit et nos cris se transformèrent en rires de stupeur.

A force de tâtonnement, je réussis à régler la température. L’eau devenue bonne, je lui tendis la main pour qu’elle me rejoigne. Et là blottis l’un contre l’autre, nous nous laissâmes emporter par la tiédeur. Accroupis dans cet espace réduit, j’entrepris de lui laver le dos, puis les cheveux avec un morceau de savon de Marseille. Elle fit de même après plusieurs retournements périlleux pour ne laisser aucune partie de nos corps sortir à l’air libre et froid. Nous étions trop bien dans cette eau chaude qui emplissait la pièce d’un voile qui masquait jusqu’à nos visages rougeauds. Nous y restâmes des heures, nous ne voulions pas en sortir. Il le fallait pourtant et je me décidai à tirer la bonde de la baignoire. L’eau descendit lentement découvrant nos bouts de pieds et de doigts flétris.

Elle sortit la première, gracile corps laiteux et juvénile, maculé de marques rouges. Elle s’enroula dans une serviette blanche et je la regardai un instant, émerveillé par son geste leste. Elle bleuissait désormais et claquait des dents. Je sortis à mon tour et la frictionnai énergiquement pour la réchauffer. Elle enfila sa longue chemise de nuit blanche et d’un air joueur, m’invita à vite la rejoindre dans la chambre.

Arrivé près du lit, je ne vis que ses cheveux en bataille dépassés de l’édredon moelleux. Je me glissai dans les draps tout contre son corps chaud et encore humide. Ma main sur son ventre, elle frissonna et je me mis à la serrer très fort tout en soufflant lentement de l’air chaud dans son cou.

Ainsi, ce mardi soir d’hiver, dans cette salle de bain exiguë, je pris conscience que Brigitte, mon copain, était une fille. Et pas n’importe quelle fille. La fille qui me donna mes premiers troubles érotiques.

illustration

19 commentaires:

  1. j'ai toujours préféré aux voisins les voisines la la li la la la!

    RépondreSupprimer
  2. Doux et tendre, à fleur de peau. J'aime ton texte émouvant Christophe.

    RépondreSupprimer
  3. Comme quoi faut se méfier des filles qu'ont l'air de garçons manqués... et vous nous entraînez dans un bien joli souvenir, délicatement évoqué.

    RépondreSupprimer
  4. Et l'innocence glissa telle une goutte d'eau emportée par le tourbillon de la bonde...
    Bel éveil à la vie enrobé dans tes mots !

    RépondreSupprimer
  5. Mince de jolis premiers émois ! J'ai toujours rêvé d'avoir une voisine comme ça, autrefois.

    RépondreSupprimer
  6. C'est beau l'évocation d'un passage de l'amitié espiègle au trouble érotique. Rien n'est jamais aussi fort que ces premiers émois.

    RépondreSupprimer
  7. Mince, c'est incroyable... Tout le monde, je veux dire chacun sort donc indemne de ce texte?!! ... Bon, pour ma part, trouble érotique aussi. Et comment! ... (Ces parents, pas si sévères. Je ne suis pas de ce siècle ni du précédent. Se faire à cette idée!;)

    RépondreSupprimer
  8. Philippe > Renan Luce sors de ce corps !

    Kouki > Merci m'ame Kouki :)

    Frédérique > Ce sont les pires et aussi les plus belles ^^

    Cat > Ah oui, sont bien innocents ces deux là. ça ne durera pas.... :)

    Le coucou > Oh ben, on a tous eu une voisine non ?

    Zoé > Oui, l'amitié espiègle qui se transforme ou pas.

    Depluloin > Vous êtes donc du 19ième, fichtre !

    RépondreSupprimer
  9. J'aime ce texte pour sa tendresse, pour ces corps qui n'ont aucune mission que de jouer avec l'eau et l'air et le froid et le chaud, sans intention, parce qu'on rigole bien dans une baignoire, et que ces moments où un homme et une femme s'amusent parce que c'est chouette sont assez rarement racontés et pourtant ce sont des bouts d'Enfance.

    RépondreSupprimer
  10. moi j'avais un voisin qui était une "fille manquée" d'après certains codes sociaux bien ancrés, et je retrouve un peu à l'envers de tes mots, quelques sensations éprouvées..

    RépondreSupprimer
  11. Je l'aime beaucoup ce texte : juste, écrit avec une simplicité qui colle à la situation.

    RépondreSupprimer
  12. Frédéric > tout commence par le jeu finalement. Merci.

    Babel > et oui, peu importe le sexe finalement, ce sont bien les émotions qui sont importantes.

    Francesco > et bien merci, je continueris '-)

    RépondreSupprimer
  13. Dommage que la vie nous retire lentement cette fraîche innocence si délicatement colorée de sensualité saine... et que tu racontes si bien...

    Au fait, elle le sait au moins, ta copine de baignoire, tout le bien que tu penses d'elle?

    RépondreSupprimer
  14. moi je rêve de prendre un bain avec ma voisine, mais elle est mariée et mère de famille... j'ai bien peur que mon rêve ne se réalise pas...

    RépondreSupprimer
  15. Jolie évocation d'une voisine plus mutine que tu ne le croyais. Et ensuite, que s'est-il passé ?

    RépondreSupprimer
  16. Epamin' > argh, malheureusement, je n'ai jamais eu de copine de baignoire, enfin, lorsque j'étais minot :)

    Marronier > C'est à ce moment là que les voisines ont le plus besoin de bains salvateurs ! ;)

    Frédérique M > Ben rien puisqu'il n'y a jamais eu de voisine. Mais on peut imaginer une suite : le bain, 20 ans après...

    RépondreSupprimer
  17. Quel étrange coïncidence qu'un de mes contact sur twitter me recommande "une excellente plume" qui se trouve être également un contact du trublireguillon! Le web est petit! Merci pour ce texte qui m'a transporté quelques minutes!

    RépondreSupprimer
  18. Très beau texte, Christophe. Et très bien dosé. (sauf que je ne vois pas en quoi le courage fait de cette fille un garçon manqué mais bon...)
    Juste la dernière phrase, peut-être aurais-tu pu la travailler pour qu'elle ne soit pas trop explicative et qu'elle reste dans "l'histoire que tu nous racontes".

    RépondreSupprimer
  19. Ads > Pour le garçon manqué tu as raison, j'aurais pu éviter le cliché. J'ai relu pour la dernière phrase et je me dis finalement qu'elle est même inutile. Tu devrais passer plus souvent, j'aime bien tes commentaires critiques.

    RépondreSupprimer