Une honte

image Imprévisible, la honte s’impose souvent à moi par un ami qui, dans une situation donnée, perd pied, se met en danger, par le mensonge ou l’ignorance : spectacle qui m’afflige ou me déçoit même si l’intéressé s’en débrouille sans que son assistance ne décèle la mystification ou l’embarras. Etrange sentiment qui ne m’inspire que la fuite, le laisser là, ne plus voir sa désinvolture à tromper le monde ou son ânonnement d’explications confuses.

Une honte qui peut aussi être plus éloignée, venue d’un inconnu. A la télévision par exemple, questionné par l’animateur, ce candidat de jeux qui bafouille, en panique, ne sait plus où il est, erre face au pouvoir des caméras et s’emmêle lamentablement les pinceaux. Il me met dans un état de déroute, dans un état où lui devrait être, il devrait fuir. Et fuir est ma pulsion de l’instant, je ne peux plus regarder se débattre ce faible parmi les forts. Forcément, je zappe.

Un trouble qui ne m’appartient pas, quelque chose qui passe dans un recoin de mon esprit près de l’inadmissible, de l’impossible à supporter. Une honte, pas en moi, ni venant de moi, mais puisée chez l’autre, une personne mise à mal ou un être apprécié en danger, et qui, dans son déclenchement, devrait provoquer en lui ce qui m’atteint dans l’instant. Une honte qui passe inaperçue et que je vole au passage sans avoir, pour m’en défaire, autre alternative que la fuite.

illustration

14 commentaires:

  1. Si le laisser dire, laisser faire, c'est la fuite... alors je fuis aussi! et encore plus lâchement! ... Bon, ça fait du bien de savoir que l'on est pas seul à cette victoire qu'est le repli stratégique!

    RépondreSupprimer
  2. Le truc c'est que tu n'en veux pas mais qu'elle te poisse quand même la honte. Cette chose teinte nos sables, nous contamine juste pour le plaisir d'être; car elle nous éloigne de notre vrai nous. Bref, elle ne sert à rien cette conne.

    RépondreSupprimer
  3. Si tu ressens la honte d'autrui à ce point, prends garde à ne pas te suicider à sa place.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas si quelqu'un a déjà réalisé une encyclopédie des hontes. Depuis longtemps j'y pense. Ce soir, à nouveau, en lisant ton texte que j'aime beaucoup, dans lequel on doit être beaucoup à se reconnaître, cette idée revient. Pas la première fois que je lis ça chez toi d'ailleurs. Ça ne te dirait pas d'essayer ?

    RépondreSupprimer
  5. Ca me fait la même chose dis-donc!
    Je zappe et c'est toujours plus facile quand il s'agit de la télé.

    RépondreSupprimer
  6. Depluloin > Ah oui, repli stratégique, on peut voir ça comme ça... Trouve ça plutôt emmerdant moi quand même... :)

    Kouki > "car elle nous éloigne de notre vrai nous." Voilà, en plein dans le mille !

    Le coucou > héhé, non pas jusque là tout de même !

    Christophe > houlà, une encyclopédie ! Vas-y commence, je te suis :)

    Desiderata > oui, on devrait toujours avoir une zapette dans ces situations :)

    RépondreSupprimer
  7. oui moi aussi expérimenté cela
    beaucoup aimé ton texte !

    RépondreSupprimer
  8. Une encyclopédie des hontes, super idée !

    (Et merci pour le clin d'oeil, Christophe ;) )

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. honte: sentiment que je partage souvent, maintenant, je penserai aussi à tes mots...

    RépondreSupprimer
  11. Mais d'où vient-elle alors ?
    A la fuite je préfère la pirouette; un peu acrobate peut-être.

    RépondreSupprimer
  12. Mu > Merci !

    GVissac > Avec plaisir... :)

    Xavier > pas trop hein, pas très agréable tout ça ;)

    Cat > La pirouette, oui, pourquoi pas mais je ne suis pas un grand équilibriste en la matière :)

    RépondreSupprimer
  13. oui! souvent je ressens ça aussi! parfois beaucoup plus que celui qui devrait l'éprouver pour lui-même... étrange...

    RépondreSupprimer