A prendre du zoom

à prendre du zoom,
à se rapprocher de
à vouloir percer
autant dépasser les limites
toucher l’éclair qui
du premier jour
jusqu’au dernier
reste

reste dans le creux
vif et affûté
dans l’unique
lueur folle
clarté des songes
pris dans l’iris
crevé des silences

fixer lucide le temps,
scruter scruter dans
la nécessaire existence
des occlusions
le corps en fuite
le regard vers le loin
empli des restes à sauver

le monde
le vieux
le neuf
zoomer au plus prés
dans le regard
qu’on lui porte

pas sur la peau
qui nous inonde
pas dans les fossés
de futilité
pas sur nos peaux
attaquées
pas dans nos taches
révélatrices des batailles

mais
sous paupières
vert de vivre
pointé par
l’envie d’y mettre
du beau

Bill Brandt Eyes