Ciel de traîne

12.10.17

Ne voir qu’un ciel de traîne
dans le reflet de la fenêtre,
des arabesques éthérées
plier des queues de peines,
des soldats de plomb remorquer
des mystères par centaines
affairés dans les nuages
à étendre leur sublime teint
aux cordes à linge du temps.

Dans le même tiroir

0 commentaires