Google News Story 05/11/17

Prendre les cinq premiers titres du jour sur google news et tenter d’en faire une historiette.

Titres du jour à 9h22 :

  • Clarence Rodriguez : "Le prince héritier prend des risques inconsidérés pour que l'Arabie saoudite change".
  • Meurtre d'Alexia Daval : la jeune femme a été étranglée, mais pas violée.
  • Tariq Ramadan aurait couché avec ses élèves mineures.
  • Strauss-Kahn : "il est temps que le PS disparaisse".
  • Météo : 3 départements du sud placés en alerte orange aux orages et pluie-inondation.


GOOGLE NEWS STORY – 5 NOVEMBRE 2017


Dominique Strauss-Kahn attend dans le vestibule du palais d'Al-Yamamah que le prince héritier d’Arabie saoudite veuille bien le recevoir. Il feuillette un magazine trouvé sur le haut guéridon en marbre auprès duquel il est assis. Une sorte de Paris Match à la sauce saoudienne. Plus d’images cependant que de reportages ou d’interviews fouillés dans cette publication de toute façon rédigée en arabe, langue que l’ex-patron du FMI ne lit pas. On y voit le prince, Mohammed ben Salman, poser avec la journaliste française, Clarence Rodriguez, qui sort un livre sur la fulgurante ascension du futur roi. 

Dominique s’impatiente. Voilà une heure qu’il poireaute sous les dorures. S’il souhaite que son pays change, il faudrait que ce prince commence par ne pas faire attendre les grands de ce monde, se dit-il, lorsqu’il aperçoit au fond du long couloir approcher un majordome. Le domestique passe lentement devant lui, sans un mot, sans même un regard.
Il y a cinq ou six ans, cet homme assis ici comme un vulgaire voyageur de commerce était destiné à devenir le président de la cinquième puissance mondiale, et voilà qu’aujourd’hui, même le petit personnel ne le calcule plus. Dominique ronge son frein. Il ne va pas se plaindre. Le plus gros de ses ennuis judiciaires est derrière lui. L’opinion est accaparée ailleurs notamment avec les faits divers comme celui du meurtre d’Alexia, pauvre fille étranglée sur les bords de la Saône. Puis, au niveau des scandales, d’autres ont pris le relais : Tariq Ramadan accusé d’avoir couché avec ses élèves mineures ou encore Weinstein, bien-sûr, au centre de cette énorme affaire d'agressions sexuelles qui fait passer ses frasques d’antan pour du petit libertinage.

Depuis quelques mois, Dominique sent qu’il peut revenir sur le devant de la scène politique, qu’il en a les moyens. Il est temps qu’il retrouve une stature nationale voire internationale. Son parti politique moribond va disparaître, il en est convaincu, et c’est sur ses cendres qu’il renaîtra. Il faut maintenant qu’il avance tout seul en côtoyant les personnalités qui compteront demain. C’est l’objet de sa visite improvisée en Arabie saoudite. Il est persuadé qu’avec la nouvelle génération qui arrive au pouvoir, les pays du Golfe vont prendre une toute autre ampleur qu’auparavant.

Mais voilà, pas de prince à l’horizon. Le palais est silencieux. Il s’entendrait presque penser : « Tout de même, j’étais bien dans mon grand bureau au FMI. J’avais toutes les filles que je voulais. De jour comme de nuit. Tout le monde me baisait les pieds… et pas que les pieds. ». Il a chaud, il sent monter en lui une irrépressible pulsion sexuelle qui lui rougit les joues. «  Putain qu’est-ce qu’il fait chaud dans ce pays ! Ils ne m’ont même pas proposé à boire ! ».

Il regarde la couverture du magazine posé sur ses genoux. Le prince affiche un sourire carnassier sous une barbe noire fournie. A ses cotés, la jolie journaliste française semble faire un clin d’oeil aguicheur à l’objectif. Dominique se dit que c’est par elle qu’il doit commencer. C’est elle qui va l’introduire auprès du prince. C’est plus malin que d’attendre ici dans ce vestibule surchauffé que son altesse daigne lui accorder une audience. Il se saisit de son smartphone, envoie des SMS à deux ou trois personnes bien placées afin d’obtenir le numéro de Clarence Rodriguez. Cinq minutes plus tard, il le reçoit de sa secrétaire accompagné d’un smiley qui tire la langue. Il l’appelle :

- DSK à l’appareil.
- Bonjour M. Strauss-Kahn ! Que me vaut...
- Je veux vous voir. Vous êtes où ?
- En France, dans le Gard sous une pluie torrentielle, orages, tempête. Je vous passe les détails, ça risque de couper, M. Straus-Kahn !
- Laissez tout tomber et prenez le premier avion pour Riyad !
-

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire