Google News Story 16/11/17

Prendre les cinq premiers titres du jour sur google news et tenter d’en faire une historiette.

Titres du jour à 9h30 :


  • EN DIRECT - Mobilisation contre les ordonnances: les transports perturbés en province.
  • Le Zimbabwe dans l'attente de la démission de Mugabe.
  • Ce tableau de Leonard de Vinci est la toile la plus chère au monde.
  • Les chapeaux sont connus, la France peut commencer à rêver du meilleur… comme du pire (Football).
  • États-Unis : échec de l'exécution d'un condamné gravement malade.


GOOGLE NEWS STORY – 15 NOVEMBRE 2017


« Salvator Mundi » (Le sauveur du monde), tableau de Léonard de Vinci, a été adjugé hier pour 450,3 millions de dollars, ce qui est en fait désormais la toile la plus chère de tous les temps. Pour le sauveur du monde, on serait tenté de dire qu’une telle somme, c’est bien le moins.

Mugabe, lui, ne sauvera pas le monde, pas même son pays. Au Zimbabwe, on attend sa démission. L’armée s’est mobilisée et s’est emparée du pouvoir. Si le président refuse de se retirer, la région va encore basculer dans la violence et le « sauveur du monde » et ses millions n’y pourront rien changer. Mais parfois, une fatalité peut changer le monde comme pour ce condamné américain gravement malade épargné pour un temps de l'exécution capitale parce qu’on n’a pas réussi à trouver une veine suffisamment grosse pour lui injecter sa dose létale. On se dit que c’est peut-être grâce à de telles cruelles anecdotes que la peine de mort amorcera son chemin vers l’abolition. 

Pendant ce temps, à Paris, on se mobilise sinon pour sauver le monde au moins pour le bousculer. Les manifestants battent le pavé contre les ordonnances qui sont censées sauver le pays du chômage en réformant largement le code du travail. Dans les rangs des contestataires, les chapeaux sont connus, ceux de la CGT et FO pour une fois sont unis. Philippe Martinez et Jean-Claude Bailly défilent ensemble, la France peut commencer à rêver du meilleur… comme du pire.

De République à Nation, la foule va refaire le monde. Bras dessus, bras dessous, rêver en chantant l’Internationale. Peut-être que dans le cortège, on parlera de ces vingt minutes hier chez Christies au bout desquelles des centaines de millions de dollars ont été dépensés pour une toile du XVIème siècle. Peut-être que quelqu’un dira sa stupéfaction, combien le monde est tiraillé entre la cupidité et la faim. Peut-être qu’on évoquera une nouvelle taxe sur les ventes d’œuvres d’art, quelqu’un dira peut-être que ça pourrait faire bouger les lignes. Mais l’idée est certainement idiote, encore pas assez mûre pour changer le monde.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire