Schizo

10.5.18

Parfois tu retiens une respiration
dans un verre d’eau bu d’une traite.
Tu penses au chemin, à cette ligne
fixe dans le ciel que tu veux briser.

Puis tu poses le verre, le chemin, l’eau.
Tu continues la marche schizophrène
avec pour ami le souffe de l’oiseau
et ton apnée suspendue à ses ailes.

Dans le même tiroir

0 commentaires