Mention

24.6.18

Certains jours j’attends
qu’on trace un contour
autour des choses.

Qu’un étranger dessine
un récit sur le paysage
où chaque arbre flâne.

Que tout ombre raconte
l’envers du décor
comme une seconde peau.

Une histoire simple,
sans intrigue
ni dénouement.

Pourvu qu’à la fin
on y trouve une page vide
avec mention de tous les silences.

Dans le même tiroir

0 commentaires