De ce qui part

25.8.18

Il faudrait détendre les fils
où sont posés les entêtements.

S’accorder la patience sous la fatigue,
tirer un trait sur les ratés, recommencer.

Facile à dire tant on sait
ce qu’il y a de fierté sous la souffrance,

ce qui en nous ne lâche rien de ce qui part.


Dans le même tiroir

Dernière parution

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...