Terre brûlée

3.11.18

Ce matin, la chambre ressemble
au désordre que j’ai dans la tête.

Un drap froissé entre mes oreilles
laisse les pensées partir en coton.

Un rêve brodé de cheveux blancs
finit sa nuit dans un sillon du lit.

Seul rempart à cette terre brûlée
où le sommeil ne suffit plus.

Dans le même tiroir

S'abonner par email