À la faim

25.4.19

À partir de dix-huit heures,
on se demande si on mange ici,

au bureau,

car c’est l’heure
où la faim pointe les ventres.

Je réponds que non,
je mange chez moi,
merci bien,
c’est gentil de proposer,

comme tout bon
misanthrope mondain*

18h35 #AuBureau

*C’est ainsi que se qualifiait le regretté Jean-Pierre Marielle

Dans le même tiroir

Dernière parution

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...