Savoir se baisser un peu

17.6.20

On n’est pas plus heureux ni malheureux qu’avant,

il y a juste une différence de point de vue,
pas le même axe autour duquel le corps tourne. 

On gesticule toujours pour une terre intime,
la même qui résiste aux poids des années. 

Il suffit d’y penser, de savoir se baisser un peu
comme un animal qui passe sous de vieux arbres.

Dans le même tiroir

Dernière parution

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...