Petit allongé

18.6.20

Les draps propres
à l’odeur de violette
découpent un bout de ciel
depuis la corde à linges. 

Deux longues épingles
font des oreilles de lapin
à l’horizon qui s’agite 
dans une flaque de bleu.  

Et toi, petit allongé 
sur l’herbe fraîche,
les orteils en éventail,
tu voudrais être le vent.

Dans le même tiroir

NOUVEAU

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...