Je suis plusieurs

Plusieurs, je suis plusieurs, au moins deux, que j’aperçois tous les jours. Deux en lutte, des heures, des jours, des mois, des « moi » qui s’opposent ou s’annulent. Et pourtant c’est moi qui pilote, qui serre les joints quand ça grippe, qui chasse les plus, qui gomme les moins et qui raccroche les wagons au train-train pour paraître un.
Un qui fait mine face à la grise-mine, un qui salive les contrariétés quand ça ripe et se trompe de moi. Moi, un et indivisible, car, quand les plusieurs sont si rivaux, il n’y a de place que pour un.

Plusieurs, je suis plusieurs. Plus ‘sieur que monsieur lorsque la rapidité de la vie croît jusqu’à l’élision des mots. ‘sieur fait ci, monsieur fait ça. Chris’, lui, moi, passe sans voir, fait des stats sur l’improbable. Chris’ est dehors, « corporate » et sans corps. Christophe, moi, lui, réfléchit à des rêves anxiogènes. Christophe est dans sa chair, trop et pousse l’exégèse à se pourrir le dedans de turpitudes malignes.

Plusieurs, je suis plusieurs. Fait de nombres le jour et de mots qui s’empilent la nuit. Plusieurs uns juxtaposés, un hexadécimal décimé par des chiffres indigestes à des lettres mêlées. Un, moi, qui compte en milliers, en millions, des zéros en fuite sur des mots trop courts, excisés du dedans pour un dehors propre éprouvé au calcul mental et aux prévisions amères sur le temps économique. Un, autre moi, qui tasse dans ses yeux l’envie du monde et sa beauté complexe, qui ne dénombre plus, ne compte plus les heures à rêver éveillé.

Projection à long terme – énumérations, feuilles de calcul complexes, formules booléennes, fonctions intégrées, rapports synthétiques, couverture de stock valorisée – contre court-circuit en vase clos – élastique écriture, feuilles blanches, formules grammaticales consacrées, rapport envies-mots sur intelligibilité quasi-nul. Un et plusieurs chaos.

Plusieurs, je suis plusieurs et allez savoir à la fin celui qui est moi. Vraiment.


Texte initialement publié sur le site deboitement.net lors des vases communicants de février 2013.