Mes yeux qui peignent ses longs cheveux noirs

20.6.20

Son parfum dans le long couloir sombre qui mène à la classe. 

La beauté de ses gestes sur le grand tableau noir. 

Sa chaise sur la petite estrade et le mouvement de sa jupe. 

Son pied presque nu qui dépasse du bureau. 

Sa voix qui monte, belle et grave, pour faire taire les cris. 

Ses mains qui claquent de la poussière de craie. 

Son étrange sourire qui délivre un mystère et ma note au dernier devoir. 

Mes yeux qui peignent ses longs cheveux noirs.

Dans le même tiroir

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...