#petitehonte - 8

25.8.11

C’est souffrir à l’excès, une estafilade à l’esprit à en perdre la raison. C’est reporter à demain la parade, tenter d’oublier. C’est ne plus pouvoir croiser le regard de l’autre, ses pensées en contre-champ, le regard qui frise aux premiers échanges. C’est le couvrir de T’as pas fini avec ça, vraiment. C’est lui faire croire que c’est terminé, que la bévue est oubliée, qu’il ne faut plus parler de ça, que c’est saoulant de revenir sans cesse là-dessus. Et c’est finir par ne plus pouvoir/vouloir voir l’autre, couper pour ne plus avoir honte.
image





Dans le même tiroir

Dernière parution

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...