Il guette le blues

Dimanche après s’être brossé les dents a mordu dans son pain quotidien. De là, le silence a rendu l’âme aux choses qui aiment les secrets. Petites failles invisibles dans lesquelles désormais il se vautre, les pieds en éventail et le cœur léger. Un café, un livre, un peu de musique. Buddy Guy crache un son électrique dans le salon.  Il guette le blues qui tombe en petites gouttes et puis c’est tout.
  • 28.11.21

Tocs et trilles

Masqué de très près à s’en faire ressortir les joues par-dessus l’élastique, un homme sort de sa voiture, la ferme d’un coup de télécommande. Bip puis écho de phares. Maintenant debout sur le trottoir, souffle et fait trembloter le papier du masque comme jouerait une fleur en tulle au bout de son bâton. Souffle puis met ses mains dans les poches, les ressort, les frotte l’une contre l’autre énergiquement. Ressort la télécommande, vérifie que les portières soient bien fermées, celle de devant, celle de l’arrière. Piétine un peu sur le pavé. Souffle dans son masque, se gratte l’arrière de la tête, se lave à nouveau les mains dans l’air. Rouvre la voiture. Bip puis écho de phares. Souffle, ouvre la portière, se penche, se relève puis referme. Bip, écho de phares, se gratte, agite les mains, vérifie les portières, piétine. S’arrête, attend. Fait le tour du véhicule.
Sur le balcon au-dessus de lui, un oiseau se pose sur la rambarde. Un trille, l’oiseau agite ses plumes, pique deux fois la peinture déjà écaillée. Un autre trille sonne le départ, il s’envole.
L’homme lève la tête, une larme s’échappe. Il part.

  • 17.11.21

De l’enfance, je retiens le ciel qui se mascare

De l’enfance, je retiens le ciel qui se mascare. J’aimais ce verbe qui pourtant annonçait l’arrivée d’un orage ou pour le moins la pluie dense comme le sont les gros nuages qui s’emparent du ciel. Et par extension, mascarer s’appliquait dans la bouche de mes parents à tout ce qui dans la vie pouvait se couvrir de sombre ou donnait signe avant coureur de défaites voire d’échecs cuisants. Dès lors, « ça se mascare » était un refrain assez régulier. Mes bulletins scolaires de trimestre en trimestre se mascaraient. Lorsqu’il m’arrivait d’esquiver la vérité pour ne pas dire de mentir éhontément, j’avais devant ma mère le visage qui se mascarait. Et quand la mort approchait de trop près un parent, un ami, une connaissance, le meilleur euphémisme ne pouvait être autre chose qu’un ciel de vie qui se mascare.  
Mais ce verbe, utilisé à tort et à travers, trouvait surtout en moi l’écho artistique qui faisait tant défaut à mes parents. Mascarer était peindre, certes pas de la meilleure couleur qui soit mais l’employant, je les imaginais toujours en train d’esquisser dans le ciel ou sur des visages un joli barbouillage de mots qu’eux seuls savaient réaliser.
  • 13.11.21

Les voix qui m’appartiennent

Je compte les voix qui m’appartiennent
dansent dans ma tête
des pas de deux 
des pas de passage
de l’un à l’autre 
mouvement immobile 
des quelques cellules
blanches puis noires
qui à la fois me contiennent 
et dans lesquelles je m’enferme
  • 10.11.21

Bouche d’ombre

Un fil électrique court sur le mur d’en face, tremble sous le regard. Une bouche d’ombre apparue grâce au déplacement du voisin du dessus, le tire vers elle puis le prend entre les lèvres comme s’il s’agissait d’une paille. 
Regarder, c’est déjà changer le réel.
  • 4.11.21

J’habite une petite ombre

Le temps roule dans la rue 
au son des butées mécaniques
écho contre écho entre les murs

L’après-midi est presque nuit
j’habite une petite ombre
la ville ouverte à mes pieds

Je prends un livre, le quartier 
puis le monde – maintenant
tout roule en automatique 
d’un bord à l’autre de la pluie
  • 30.10.21

Cligner longtemps

Écrire le jour qui vient 
Paupières fines à la première 
Lumière 
Ombre qui suit 
Il suffit de cligner longtemps 
Et la fenêtre s’ouvre 
Offerte comme un fruit
  • 28.10.21

L’envol et la suspension

une fois de plus
le jour traîne des pieds
il faudrait apaiser la mémoire
tenir l’oubli comme une promesse
faire silence de tous les bruits 
en appeler à l’oiseau de passage
et de lui tenter de comprendre 
l’envol et la suspension
pour un peu soulever la poussière
qui colle à nos souliers
  • 24.10.21

Je vois le jour se faufiler

Je vois le jour se faufiler 
sous la porte aussi fin
qu’une feuille de papier. 

Dehors la rue s’ébroue 
encore sous l’emprise
des tenailles de la nuit. 

La bascule semble incertaine 
tant la lutte est acharnée 
entre cendres et lumière.  

Il n’y a durée que pour celui
qui regarde posé sur le fil,
les autres vont hors du temps.
  • 15.10.21

Il n’est pas si mal d’être là

il n’est pas si mal d’être là
entre deux pensées fugaces
le visage clos ni heureux ni triste 

c’est
jeter
une 
pierre
dans un puits 

et attendre

que
l’écho
remonte

remonte
l’écho 
qu’

il n’est pas si mal d’être là
à ne rien espérer d’autre 
que la prochaine respiration
où durant le puits raconte l’eau
  • 9.10.21

Comme un coup de poing

L’heure bleue s’accoude au ciel,
commande une bière
avec quelques amuse-bouches.

C’est là entre deux rincées
qu’un éclair forme un creux
dans le ventre du temps.

Comme un coup de poing,
une vieille tristesse pincée
vient remettre la sienne.
  • 2.10.21

Je déclare officiellement la saison des plaids ouverte

Le matin a des boursouflures sur le visage. Un air aiguisé comme un couteau de boucher traverse la fenêtre. À la vue de sa gueule à repasser, je me dis que l’éboueur est trop vieux pour ça. Quatorze degrés pointent le bout de leur nez comme s’ils étaient de vieilles connaissances. Sur le balcon d’en face, la voisine a troqué son short contre un pyjama jaune poussin qui fait office de phare dans le petit jour encore gris. Je déclare officiellement la saison des plaids ouverte.
  • 24.9.21

Voyez-vous les ombres

Voyez-vous les ombres sur le mur qui montent. Les maisons, les dents que ça leur fait, agressives comme diable prêt à sortir de sa boîte.
Voyez-vous la danse macabre, l’écueil de vivre sous les pas de l’ombre. Les toits, les tuiles que ça leur fait, accidents perdus sous le chemin de nos petites catastrophes.
  • 19.9.21

Rien de vraiment important mais je le garde

Partir c’est mourir un peu. On dirait un vers de poète. Et c’en est un d’Edmond Marie Félix Haraucourt. Voilà pour l’emprunt, il ne m’en voudra pas ;  il est mort, beaucoup. 
Déménager c’est mourir un peu. Aussi. Parfois. Faire mourir ce qui finalement ne marchait pas droit., ce qui déjà faisait mourir un peu. Passer à autre chose, faire taire les angoisses et recommencer. Mais voilà déménager, c’est se souvenir beaucoup. Ressortir les vieux cartons, dissiper la poussière, souffler sur des jours anciens, tomber sur les mots doux de l’aimée, rester là devant comme un imbécile, mourir des yeux en laissant tomber un peu d’eau puis déballer beaucoup ce qui reste, ce qui revient, ce qui ne sera plus. 
Partir c’est mourir un peu. Edmond a raison. Retenir ce qui part n’est pas la meilleure façon de vivre. Laisser aller tendrement  en gardant plein de cartons dans le cœur : rien de vraiment important mais je le garde.
  • 11.9.21

La rue a une fossette au menton

La rue a une fossette au menton. Mettons qu’il faut pour la voir s’élever un peu. Mais le visage est bien là, planté entre les murs qui bordent la rue. Des yeux grands comme le ciel, des paupières en volets et un nez en forme de rond-point. Sa bouche est droite, bordée de lèvres qui ressemblent à des contre-allées. Allez ! Voilà que cette rue grandiloquente se prend pour une avenue. Parvenu à lire son visage, c’est bien la fossette au menton que je retiens. Mettons que je divague, que la rue et moi mentons. Que la fausseté du regard peut m’amener à dire n’importe quoi. Admettons.
  • 28.8.21

Dimanche s'épuise

Dimanche s’épuise tandis que le chat s’étire sur le sol
On entend au loin le bruit des voitures qui s’étouffe
Le vent posé sur une borne fait du stop 
Pour qui voudrait prendre l’air, il est disponible
Dans ses oreilles trompette Chet Baker
Quelques rides malicieuses caressent son front
Comme une portée de notes bleues
Un voyage plein de promesses au-delà des heures
Aussi légères et fines que la moustache du chat
Il a écrit ça sur son petit carton et tend le pouce
A qui saura s’arrêter avant l’autoroute du lundi
  • 21.8.21

Mes disparus

Mes disparus, mes revenus. 

Vous êtes des visages qui tremblent comme à travers la flamme d’une bougie. 

Ici au bout du boulevard des vies brisés, vos bouches flottent et je vois des cris sortir de vos lèvres agitées par le feu.

Il me suffirait de souffler pour vous éteindre, de chasser les pensées tordues du rêve. Je pourrais courir loin au-delà du boulevard, vous fuir ou patiemment attendre la fin de la coulée de cire. 

Mais c’est une bougie de farces et attrapes, de celles qui se rallument dès que l’on souffle dessus. Mais c’est un boulevard sans horizon, un chemin qui revient avec tout ce qui est parti.
  • 8.8.21

Quelqu’un va dans la rue

Quelqu’un va dans la rue 
dansant sous le vent léger 
comme le ferait une robe 
entre une paire de jambes. 

Pas de musique mais des pas sûrs
cadencés par un ciel métronome
c’est l’été qui bât son mystère
joues rouges et talons hauts. 

La mélancolie heureuse sur le pavé
quelqu’un va dans la rue
en portant sur son dos un baluchon
de mots usés à jeter à la mer.
  • 2.8.21

Raté d’ouverture

Un sourire avec les yeux rencontre un visage impassible et les corps se rétractent, les bras se croisent, les mains cherchent le cou qui se coude, l’œil file loin derrière le paysage. On croirait y voir le reflet noir des montagnes et à côté, nos cœurs plongés dans l’eau de mer. C’est seulement un raté d’ouverture – une panne, une rencontre avortée – qui nous piège dans les plis de l’instant trop rapide.
Mais, qui de nous deux a effacé l’autre ?
  • 31.7.21

Qu’est-ce qu’il me dit, ce dimanche ?

Qu’est-ce qu’il me dit, ce dimanche ? Planqué entre les questions quotidiennes* et la tectonique de l’aube**, me parle guère ce jour du seigneur. Avec ces heures avalées par le deuil des autres, des plus proches. Ce n’est pas ma peine mais elle ravage le visage de l’aimée. Alors, elle est un peu mienne, emprunté que je suis quand le chagrin ne peut pas vraiment se partager. 
Qu’est-ce qu’il me dit, ce dimanche ? Quand j’ai du mal à parler de ce qui traverse. Pas un jour à chômer, ça laisse trop de place aux questions sans réponse. Puisque ça ne dit rien qui n’ait déjà été dit, je sors des banalités aussi vieilles que les dimanches puis, j’espère un peu de voix dans mes gestes maladroits. 

*La question quotidienne, Claude Enuset, Cour intérieure
**Tectonique de l’Aube, Jean-Claude Goiri, Tarmac éditions
  • 18.7.21

Il y a un vieil homme dans la cour accroché à la corde à linge

Il y a un vieil homme dans la cour accroché à la corde à linge.
Il déplie torchons, serviettes et mouchoirs de sa main libre. En fait des bouquets qu’il ajuste entre le fil et son autre main arrimée. Cette main qui accueille la pince, se décale d’un saut et à nouveau s’accroche pour un prochain bouquet. Cette main qui maintient surtout son corps courbé et chancelant bien à la peine entre les va-et-vient de la corbeille au fil, du fil à la corbeille. 
Il y a un vieil homme dans la cour accroché à la corde à linge. 
Son ombre forme sur les dalles de béton une grande parenthèse qui s’étire sur le mur d’en face. Je l’entends souffler entre deux bouquets, je crois qu’il râle un peu d’être ainsi à la tâche. Il fera de son petit linge toute la corde puis se redressera fier du travail accompli.
Il y avait un vieil homme dans la cour accroché à la corde à linge. Il est parti laissant là sa sueur et une forte odeur de lavande.
  • 10.7.21

Son lot d'espadrilles et de bermudas

15h50
 
L’été a apporté son lot d’espadrilles et de bermudas sous les bureaux. On entend les orteils craquer au bout des jambes allongées sur des cartons de ramettes de papiers à imprimante. (Ils font de très bons repose-pieds pour le travailleur fatigué.)
On sifflerait presque des airs entraînants, quelques tubes des étés précédents pour nous apporter un peu de Monoï dans les narines. Mais l’heure est davantage à la micro-sieste où chacun s’évade vers sa destination préférée. Les paupières clignent puis se ferment, cachées par la paume de la main qui s’ancre sous nos fronts comme si nous étions soudain plongés dans une grande réflexion.
Pendant une petite heure suspendue, on fera mine de ne pas entendre les lourdes respirations que personne n’ose vraiment nommer ronflements. 

  • 6.7.21

Ce que retient la mémoire des rives

Il passe son temps à nettoyer les bords de l’eau. Cette eau vive après les pluies charrie tout un tas d’immondices, de branches, de boue mélangée aux herbes, mélasse qui s’agglutine et fait barrage. Il faut, dit-il, créer le passage à grands coups de pelle, élaguer les arbres pour éviter que ne s’ajoutent des branches aux branches venues d’ailleurs, de la mélasse à la mélasse des montagnes. Son front porte haut dans ces moments-là. Il est le sauveur des eaux avant qu’en été, elles ne se taisent. Que le ruisseau s’éteigne. Que l’eau ne courre plus, qu’elle laisse place à une terre sèche parcheminée de crevasses. Certains lui disent que son travail ne sert à rien, qu’il faut laisser faire la nature. Que l’eau passe et se calme. Mais rien n’y fait, il passe son temps à nettoyer les ravines. 
Il sait ce que retient la mémoire des rives. 
  • 29.6.21

Puissance d’écumes

La mer, ses vagues et ses ressacs ravalés par le vent. Il faudrait beaucoup de mots pour dire la sensation ramassée dans le peu d’homme qui la regarde. Puissance d’écumes, elle nous traverse, nous transporte. Il n’y a guère que les goélands qui, dans leur vol majestueux, semblent comprendre les forces en présence. Peut-être aussi cette lune précieuse et ridicule, pointant avant la nuit cette figure incongrue, partage-elle avec les volants ce grand mystère. Et ce ne sont pas ces grands nuages gris à l’allure de spectres qui un temps les masquant vont leur faire perdre cette superbe. Oiseaux de mer et lune sont bien là en train de se foutre de nous.
  • 22.6.21

Le dimanche

Le dimanche, frais et rasé de prés, le bleu de travail à la lessive, il descendait l’escalier habillé comme un dandy, pantalon en tergal bleu, chemise blanche et veste croisée aux boutons clinquants. 
C’était son jour de parade dans le village, jour où il était de bon ton de pavoiser en société, de traverser les allées le regard haut parmi ses concitoyens. Tous faisaient de même, il fallait fêter ce jour, le seul de la semaine qu’il était autorisé de chômer parmi les autres jours faits de labeur agricole harassant. Papa sentait bon, un parfum musqué à bas prix mais c’était son odeur du dimanche. J’aimais la fragrance qu’il laissait dans la maison. Il partait vers onze heures, un tour sur les quais pour flâner, prendre la tension du jour et se remplir des rumeurs dominicales. 
Après un arrêt au tabac, son paquet de gauloises et le Midi-Libre sous le bras, il prenait la direction du café pour l’heure de l’apéro. Un pastis léger pour commencer. Avec les copains endimanchés, il devisait sur la semaine, l’avancement de ses travaux, les vendanges prochaines et les récoltes qui périclitent.
Sur son tabouret, au bout du zinc, il était dans son élément. Les copains autour de lui, les verres jaunes de moins en moins légers, les cacahuètes et les olives noires en soucoupe, le monde se partageait sur le comptoir dans la fumée opaque des cendriers qui débordent.
Vers treize heures, avant de rentrer à la maison, il passait au PMU. Un clin d’œil à la demoiselle qui valide les tickets, puis il jouait le quatre, le cinq et le quinze, ma date de naissance ; invariablement, toutes les semaines. Il ne gagnait jamais. Peu importe, c’était sa façon de passer le dimanche avec moi. 
Extrait de « Rats taupiers », éditions des Vanneaux, 2016
  • 20.6.21

Ligne de fuite

13h20

Tu remarques le bruit lancinant de la climatisation qui revient comme un marronnier de saison. Cette ligne de fuite dans nos oreilles, ligne de basse qui accompagne nos doigts sur les claviers. 
Hier encore, elle n’existait pas. Hier encore, premier jour de grosse chaleur et au démarrage la machine a eu des ratés. Un petit chaos comme chaque année, la climatisation ne fonctionne pas. Grosse chaleur dans nos dos. Et réunion au sommet au milieu des bureaux. Dix personnes, dix cadres qui discutent pendant une heure de la chaleur, des solutions à échafauder pour rafraîchir la pièce. Sinon la grève, sinon on dévisse. Ça menace. Ça va être chaud. La température sociale suit la montée du mercure. 
Alors est appelée à la rescousse une armée de techniciens en blouse blanche. Clim de fortune à bout de bras avec gros tuyaux d’évacuation à poster devant les fenêtres. Faire sortir leur nez dans l’entrebâillement qu’il faudra ensuite bâillonner de bâches plastiques afin que l’air chaud ne remonte pas vers nous.
Nous, nos figures défaites, peaux allongées et flasques de sueur, regardons stupéfaits le ballet des exécutants et le monde des penseurs qui s’agglutinent ajoutant du bavardage à la chaleur. 
Mais aujourd’hui 13h20, tu remarques le bruit lancinant de la climatisation qui revient, ligne de fuite, ligne de basse. On est bien.
Ailleurs, les cadres remplissent leur déclaration d’incident. 

  • 19.6.21

Les corps se tordent

16h04
 
Les corps se tordent sur les chaises,
chacun cherche à dompter son inconfort.

Les voix montent puis redescendent,
les torses dans le même mouvement.

On attend l’incident la rupture
qui va délier nos gestes.
  • 9.6.21

Si on était bons

15h55
 
La journée a des couleurs changeantes. Le soleil court autour de la pièce comme s’il voulait tour à tour poser son faisceau sur un poste, une personne, un écran. Chacun a droit à son problème de réverbération, puis de scintillement de l’écran à l’œil, de l’œil à l’écran.
Gloire à mon collègue d’en face que la lumière aiguë coiffe d’une sorte d’auréole juste au moment où, agacé par une erreur de production qui lui saute aux yeux, il se lève d’un seul bond. Mi-ange, mi-démon, du sang sous les paupières, les bras levés au-dessus des bureaux, il souffle sa colère à toute l’équipe surprise par sa saute d’humeur.
Le ciel bascule, l’ombre mange la lumière, les têtes plongent sous les écrans et on entend monter depuis une autre pièce attenante une voix sereine et claire : « Du calme, si on était bons, on ne serait pas là. »
  • 9.6.21

Hors-champ

Sur la palissade un peu de vert vif se découvre, le lilas fleurit rose et léger tandis que le chat mâche quelques mèches d’herbes grasses.

Il faudrait une palette de couleurs plus large pour décrire le tableau, s’inventer peintre impressionniste. 

Rien ne rendrait plus brouillon qu’un sonnet bien taillé tant l’incertitude fourmille, tant le chat, l’herbe et le lilas semblent vivre hors-champ.
  • 5.6.21

Ce qui reste d’oiseaux

La cour joue avec la poussière comme si elle découvrait le vent. 

Sur la corde à linge les draps, balayeurs de fin de course, agitent leurs drapeaux. 

Il n’est que midi, j’écris pour sauver ce qui reste d’oiseaux dans ma tête.
  • 29.5.21

Un trou de cigarette sur la nappe

La nuit a essayé de régler
quelques vieux comptes. 

J’ai entendu leur souvenir
glisser sous le tapis

tandis que mes poings
restaient serrés sous les draps. 

Près de la tasse à café,
un trou de cigarette sur la nappe. 

Ce matin a la gueule de bois,
les yeux trop ouverts de l’enfance.
  • 24.5.21

Fragment

L’œil flâne dans le ciel
en quête de sensations.

J’y cherche un fragment
où poser mes pensées.
 
Le bleu d’uniforme qu’il revêt
impose un sérieux mystère.

Qui de lui ou de moi créera le premier nuage ?
  • 22.5.21

Il y aura eu

Il y aura eu

Un silence plus haut que les autres
Des mots funambules tendus sur un fil

Un reflet bleu dans la vitre
Quelque chose qui part

Un refrain trop entendu
Un sourire mal allumé
Un raté dans le cœur

Tout cela dans la douceur d’un soir d’été
Incapable d’éponger la fuite des jours
  • 15.5.21

Caviardage

Aujourd’hui se prend pour un vendredi
Avec ses couleurs de départ
Son vent de révolte dans les cheveux
Son air de lilas qui en fait trop
Faudrait lui rabaisser le caquet
On va pas le laisser nous caviarder le reste de la semaine
  • 12.5.21

L'enfance est là

Ton œil faiblit, une larme dans l’air
Adossé au jour, ton cœur se fixe
Tu regardes ta table et tes mains hésitent
Petites veines bombées te rient au nez
L’enfance est là, blottie au fond du salon
Suçant une glace au parfum de violette
Hier tu étais là-bas, tu y reviens toujours
La lampe tousse dans une pluie de poussières
Il est temps d’éteindre les mauvais miroirs
  • 5.5.21

On a beau voir le ciel

On a beau voir le ciel
charger les trous de lumières
tour à tour vives et pâles
pour enfin malaxer et éclore,

c’est toujours l’espace blanc
ce rien entre deux nuages
ce vide entre deux pensées
qui fait la beauté d’un regard.
  • 2.5.21

Suivre le tempo des jours

Suivre le tempo des jours qui tirent à blanc,
pendant que les heures s’assoient les unes à côté des autres,
conciliabule sur un banc,
dans la fatigue de nos corps
elles parlent de nous, tissent quelque chose
dont on ne sait rien
mais qui se voit dans nos regards.
  • 26.4.21

La vie simple

L’homme s’assoit près de moi
Sur le banc d’où je l’observais
Première fois qu’il est si près
Sans politesse il se met à parler
À me parler sans me regarder
De la vie simple qui devrait
Être encore plus simple
Pour les gens comme lui
Qui n’aiment que la paix
Du milieu de la matinée
Quand la rue est vidée
De ces hommes affairés
Au bureau à gagner leur vie
Justement ! et il hausse la voix :
La vie simple
On n’a pas à la gagner
  • 25.4.21

Souvent, l'homme crie

Souvent, l’homme crie. D’un cri primal, intelligible pour les ombres qui le croisent. Ombres franches, pourtant. Silhouettes de tous les jours qu’habituellement, il tait la démesure. Puis, un jour, il se met à crier pour prendre la rue qui trop souvent lui échappe. Tout en tournant sur lui-même, entre une table et deux chaises, sur une terrasse, une place, la danse est exégèse. On l’évite soigneusement. Autour de lui, les regards tombent. Cherchent la fuite tant la gêne les expose. Il crie, il gesticule, il harangue le ciel à l’adresse d’on ne sait quel Dieu. Il est au spectacle dans ces moments-là. Aveuglé comme le peut être un acteur sur sa scène, ne distinguant les spectateurs des ombres qui se carapatent. Un numéro sensationnel où l’émotion contrariée l’emporte et le public se fait la malle. Mais lui s’en moque. Il crie plus fort à tout ce monde qu’il garde dans son miroir. Il crie parce qu’il s’est trop tu.
  • 23.4.21

Le matin a un goût de miel

Le matin a un goût de miel
Tartiné de lumières hautes
Et toi, le vagabond, tes cheveux
En bataille ressemblent à une ruine
Que le soleil éclaire de biais
Un clin d’œil pour advenir au jour
Tel que tu es, démis mais grand
Permets-moi de te tutoyer
Après tout nous partageons
Le même petit-déjeuner
Sous un même ciel
  • 22.4.21

Fragile

Fragile est le mot qu’il porte
Sous sa cape d’invisibilité
Il passe sous nos yeux
Et c’est un élément du décor
Un angle un peu plus saillant
Que la lumière de la rue évite
Fragile est son poids de vie
La nuit le libère de ces yeux
Qui ne le regardent plus
  • 21.4.21

Difficile d’ouvrir son paysage

Difficile d’ouvrir son paysage
De le situer dans l’espace
L’homme tourne taciturne
D’une rue à l’autre
N’élit domicile nulle part
Pris par la ronde des nuits
Le cri du jour et sa soif
Après qui il court toujours
Le prochain goulot
Comme nouvel horizon
  • 19.4.21

Il retrousse ses manches

Il retrousse ses manches
Avec l’envie d’en découdre
Et on dirait que la mer
Se retire en laissant les vagues
À la sécheresse du sable
Il retrousse son nez 
Aux effluves du temps
Qu’il sait depuis longtemps
gagné par un mistral hurlant
Et la marée montante
Dans ses yeux est une colère d’enfant
  • 17.4.21

L'homme se lève

L’homme se lève
L’homme se couche
Et à chaque mouvement
Comme un papier plastique
Qu’on aurait froissé
Il se déplie peu à peu
Mû par une force extérieure
Régie par les lois de la nature
Puis reprend sa place
Dans le lent étirement de la rue
  • 16.4.21

J’ai revu l’homme, rue Carlencas

J’ai revu l’homme, rue Carlencas
Son souffle court sur le trottoir
Près de son réchaud à gaz
La barbe et les pensées longues
Accoudé entre deux poubelles
Qui le tiennent debout et fier
Il est de ce siècle ou d’un autre
Sait-il qu’il est suspendu ?
Sait-il qu’il est sans âge ?
Sait-il que je le vois depuis toujours ?
  • 15.4.21

Réveil en beauté

La nuit venue il cherche
À défaut d’un toit un abri
Où reposer sa carcasse fatiguée
La largeur d’un mur et la longueur d’un homme
Face à la vitrine d’un magasin
Fera son lit d’infortune

Au petit matin après le bruit
Du grand rideau de fer
On verra juste au-dessus de son corps
La vitrine s’éveiller et de lumière
Clignoter le slogan publicitaire
« Mérinos, le matelas des réveils en beauté »
  • 13.4.21

De l’enfance, je retiens le bouquet de fleurs du vendredi soir

De l’enfance, je retiens le bouquet de fleurs du vendredi soir. Mon père s’arrêtait au marché local et achetait son bouquet au stand tenu par une amie. Elle lui composait un gros ensemble de fleurs à hautes tiges, multicolores et très odorantes.
Lorsqu’il passait la porte en rentrant du travail, les fragrances qui piquaient le nez et les yeux le précédaient. Maman faisait mine d’être surprise. Elle avait déjà nettoyé le vase pour accueillir le bouquet. Couper un peu les tiges en biseau, ajouter de l’eau puis sourire à papa. Le rituel s’arrêtait là. Comme chaque vendredi.
Les fleurs et leur odeur finissaient sur un napperon blanc tricoté aux crochets et posé sur le grand bahut qui faisait office de vaisselier. Le vase, coulé dans un verre imitation cristal, était constellé de petits carreaux qui donnaient à l’eau et aux tiges une couleur trouble. Dès lors, les fleurs mourraient. Un jour ou deux ou au plus tard le lundi suivant, elles ne ressemblaient plus à rien : perches sèches plantées dans de l’eau croupie. Maman versait le tout dans l’évier dans un grand geste de lassitude ; les fragrances de patchoulis se transformant alors en une odeur putride spécifique à la décomposition.
Les bouquets se sont succédé durant des années. Toujours les mêmes fleurs, la même amie fleuriste (dont certains jaloux disaient qu’elle fut la maîtresse de mon père), les mêmes odeurs, le même vase pour le même emplacement et un vendredi soir, il faisait froid et papa est entré sans fleurs. Maman l’a embrassé.
  • 7.4.21

L'homme est laid et triste

L’homme est laid et triste
Son corps est plein de larmes sèches
Aussi lourdes que ses sacoches
Face à son air de chien fripé
Les autres écartent le visage
Leurs yeux plient sous son ombre
Vers des pensées au ras du sol
Muettes et honteuses
Mais lui les entend fuser
Comme des cognées tranchantes
Mais lui les voit percer le peu d’avenir
Goutte à goutte qui tombe
Au fond de sa trachée.
  • 5.4.21

Le cheminement de l’homme n’est pas clair

Le cheminement de l’homme n’est pas clair. Il trouve toujours une contre-allée que personne n’a jamais osé emprunter. Près de la route à double voie, un bout de bitume étroit sans trottoir où circulent des voitures à vitesse rapide. Il marche sans conscience du danger ; torero des machines, il esquive la tôle et le passé. Son regard suit un horizon concave. Il semble traverser un univers dépourvu de dimension. Depuis qu’il sait que la vie ne donne plus de sens, chaque impasse est une nouvelle route possible, chaque passage interdit un sourire à voler.
  • 26.3.21

Sous un saule pleureur

Sous un saule pleureur
Parfois le banc l’accueille
Avec son bois tendre
Sa peinture écaillée
L’homme aux grosses joues
Allongé dort à poings fermés
Soulevant à peine son ventre
Le vent va et vient dans l’arbre
Fait plier de vieilles ramures
Qui viennent à son nez le saluer

  • 21.3.21