Ce qui ronge

6.6.18

Des murs se dressent contre le vent
alors qu’un chien aboie mollement
aux premières gouttes de pluie.

Au bout du ciel tu entends l’écho
filer sur l'embarras des nuages,
tu sais ce qui ronge l’orage.

Une onde remplace le vent
par une pierre au fond d’un puits,
tu sens l’eau éroder la margelle.

Tu n’as plus l’âge de sauter
pieds joints dans les flaques,
seulement l’œil qui l’invente.

Dans le même tiroir

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...