Rempart

8.8.18

Je garde encore près de moi
les gestes maladroits de l’enfance.

Un doigt ripe sur le cuir
et la boucle des lacets file.

Un chemin pris à l’envers
et le monde fuit sous les pieds.

Un baiser manque une joue
et la caresse fait mal.

Mais pour rien je n’en changerai.

Ils restent le rempart
à trop de certitudes.

Dans le même tiroir

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...